DOUCES HEURES – Sandrine COUDERT

DOUCES HEURES
Quel charme que ces heures volées au temps
Où rien de autres n’est important
Que l’instant présent
Un moment qui compte
Mais où le temps ne compte pas
Et cette nonchalance
Cette douce indolence
Qui frôle l’insouciance
Sans l’ombre d’une insolence
Car à ce moment là
On se sent libre sans entrave
Plus rien n’est grave
On se sent heureux
de pouvoir décider
De se laisser glisser
Dans cet espace moelleux
Qu on a soi-même choisi
Et d’y rester le temps qu on veut
Quand le seul interdit
Est de ne pas se fixer de limite
de flotter en toute conscience
Dans un état imperméable au temps
De fleurter avec une permanence
Apprivoisée, de circonstance
Où l’esprit fluide s’abandonne totalement
A un bien être évanescent
Qui nous pénètre progressivement
Jusqu’à oublier son enveloppe corporelle
Il apprivoise ce détachement sensoriel
Qui l’allège de tout
Et lui offre un apaisement des plus doux
La nature et son environnement
Sont des lieux propices pour ce voyage de agrément
Que chacun est capable de s’offrir le plus souvent
Car rien ne nous oblige à envisager la vie autrement
Comme l’occasion de s’offrir sereinement
de si prodigieux moments

180317
Sandrine coudert
Tdr

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

16 vues
S'abonner
Me notifier pour :
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires