Clé de l’orthographe 5 – Subjonctif 2ème partie – Sandrine Marcelly

 

La Clé de l’Orthographe n°5

 

Cette semaine, chers amis, juste un petit point sur le subjonctif imparfait, qui peut intéresser peut-être plutôt les romanciers.

 

Lorsqu’on écrit un texte au passé simple et qu’une tournure réclame le subjonctif, la concordance des temps veut qu’on utilise le subjonctif imparfait. Mais comme ce temps est tombé en complète désuétude à l’oral, la grammaire autorise maintenant l’utilisation de sa forme présente même dans une narration au passé. Et il faut être honnête, c’est ce qui nous vient naturellement, c’est donc une bonne nouvelle pour la plupart d’entre nous.

 

Quelques petits conseils quand même :

 

  • Sur un même texte, je trouve parfois une alternance d’un temps puis de l’autre, souvent en fonction de la personne, d’ailleurs. L’idéal est quand même d’essayer d’obtenir une harmonie stylistique, alors à moins que ce soit volontaire, je suggère toujours de faire un choix au départ, et de s’y tenir jusqu’au mot « FIN ». Quitte à varier les plaisirs au roman suivant.
  • Si vous optez pour l’imparfait, attention à l’accent circonflexe à la troisième personne du singulier, c’est généralement la seule différence avec le passé simple, mais ça change tout.
  • Enfin, pour être sûr de ne pas faire d’erreur à l’imparfait, une solution imparable : le conjugateur de larousse.fr, le Bled, le Bescherelle, au choix. On l’utilise si peu que le risque d’erreur est grand. Ou suis-je la seule dans ce cas ?

 

Bon jonglage entre les deux, donc, et à la semaine prochaine.

4 1 vote
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

10 vues
Sandrine Marcelly

Sandrine Marcelly (34)

Un bac littéraire, des études de langues et de linguistique, une vie avec des livres dans les mains… Je suis une maniaque de la langue, des mots, de l’orthographe, au point que mes deux précédents employeurs m’ont chargée l’un de corriger son site internet avant de le mettre en ligne, l’autre de contrôler toute sa communication pendant 10 ans (newsletters, catalogues, plaquette, mails importants…)
Je supporte de moins en moins de trouver des fautes dans des livres, des journaux, des publications sur internet ou ailleurs. J’avais donc 2 solutions : continuer à râler dans mon coin, sport national s’il en est, ou agir. J’ai testé la première, sans grand résultat. Je suis donc devenue correctrice relectrice indépendante, pour apporter ma pierre à l’édifice de façon constructive, parce que c’est tellement plus agréable de lire en texte bien écrit, sans fautes !

S'abonner
Me notifier pour :
guest
4 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Anne Cailloux
Membre
20 mars 2021 21 h 41 min

C’est du latin..

Plume de Poète
Administrateur
26 février 2021 9 h 44 min

Le subjonctif est toujours très subjonctif, c’est parfois complexe et on reste perplexe.
Merci pour cette nouvelle clé Sandrine, c’est passionnant et instructif.