Ma Bien-aimée – Michel Leutcha

Avec un plaisant jargon

et des toiles où ton cœur est absent

ou

des vers où ton âme est mal peinte

les poètes les chanteurs les peintres

t’ont célébrée

comme un mirage romantique

 

Mais suis-je un poète

suis-je un peintre

oh ! je ne suis pas né

pour chanter ces toiles au mauvais ton

où ta nature perd ses ratures

où ta beauté est un été mensonger

toutefois dès que ton sourire

se met à picorer mon cœur

je suis l’amant fier de porter

la lourde croix de ton amour

volcan déversant ses larves

dans l’abîme de mes nerfs –

dard de ton âme sans fard

 

Et porté par la passion de mon amour

ô mon vivant calvaire

nous faisons le tour

des beautés de ma terre

magnifiées par les poètes

les chanteurs et les peintres

fruits mûrs pour le banquet fatal

 

Et à la croisée des matins qui règnent avant la nuit

ô ma belle dulcinée

je cherche en vain le visage

aux étincelles de ta beauté

 

 Michel Leutcha

 

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

1 vue
S'abonner
Me notifier pour :
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires