Autolyse – Alain Salvador

Certains franchissent le parapet du pont,

D’autres sautent de leur balcon,

D’autres encore par des médicaments

Mettent fin à leur vie de chien errant.

 

Ces personnes ont-elles du courage,

Ou sont-elles si  désespérées

Qu’elles voient leur vie tel un naufrage,

Pour de là-haut oser sauter.

 

Tant de soucis à affronter,

Rien recevoir, toujours donner,

Devoir se battre au quotidien

Sans voir ce que sera demain.

N’est-il pas là le vrai courage ?

Ces sentiments je les partage.

 

Vivre ou franchir le pas, parfois

C’est  juste une question de choix.

Elle est bien mince cette frontière,

Pas très solide est sa barrière.

1 2 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

14 vues
Alain Salvador

Alain Salvador (255)

Je suis né en 1956, et ai toujours eu le goût pour l’écriture.
Cependant je n’ai fait aucunes études , ni de lettres ou autre chose de bien gratifiant.
Je n’ai qu’un CAP de mécanique en poche et ma vie passée en usine , ma famille avec mes trois enfants, font que depuis ma retraite, j’ai repris du temps pour me consacrer aux mots.
On pourrait dire de moi que je suis plutôt un autodidacte.
Les quelques personnes à qui je fais lire mes textes me disent que j’ai une facilité d’écriture.
A cela je leur réponds: ”ce n’est pas toujours si facile qu’il n’y paraît… ” Et pour l’orthographe, et bien je révise les règles…Il n’est jamais trop tard si l’on veut entreprendre quelque chose dans sa vie.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
4 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Jean-Marie Audrain
Modérateur
15 mars 2021 14 h 43 min

Il n’y a pas de situation désespérée, juste des gens qui se laissent désespérer
Emiliano Tardif

Philippe DUTAILLY
Membre
15 mars 2021 13 h 50 min

En effet,quand la misère met l’homme aux abois, la mort peut-être un échappatoire.