Au fond de mes vieux tiroirs – Kamel usbek

Au fond de mon grenier misérable,

Hanté par mes souvenirs et fables,

Je pénètre ce royaume intime,

A la recherche de belles rimes.

 

J’ouvre de vieux tiroirs poudreux, qui croassent,

Tels des corbeaux à la vue d’une carcasse,

Ouvrant leur immense bec tout grand,

Prêts à avaler mes mains et sang.

 

Au fond des histoires et images,

Parfois rocambolesques et sages.

Je revois mes jeux, mon innocence,

Mes amours, exploits, douces romances.

 

Je revois ma petite voisine,

Ses chichinettes et ballerines,

Quand elle faisait ses pirouettes.

Son joli sourire à fossettes.

 

Notre premier baiser en cachette,

Loin de ma cousine à gâchette.

Ses petits yeux malins de fouine,

Qui m’apportaient très souvent la guigne.

 

Sa pauvre poupée estropiée d’un pied,

Un trophée, que j’ai gardé si longtemps après,

Un acte de bravoure, sur mes vallées et prés,

Je régnais en grand chef, sur mes deux squaws qui m’épiaient.

 

Jalouses, à la moindre caresse ou baiser,

un fin tomahawk, ou une flèche transperçait,

Mon petit cœur, dans lequel toutes les deux valsaient,

Une blanche, Lune, douce et bien anisée.

 

L’autre Crépuscule, fière et caramélisée.

Un butin de chef, qu’aucun brave ne rivalisait.

On jouait à l’indien et cow-boys, je m’arrangeais toujours,

A me cacher avec Blanche, à baisoter mon amour.

 

Mais Crépuscule, œil de fouine le sentait,

Patiente, avait attendu les hivers passaient,

Devenue trop visible, sous son sari, tout se vantait,

Fou guerrier d’elle, tout tintait et dépassait.

 

J’ai couru à œil de verre, demandant sa main,

Exigea deux Mustangs, cinq peaux d’ours au petit jour,

Dot sellée, déjà de retour, à l’étoile du matin.

Depuis ce jour, elle ne laisse rien me roder autour,

 

Elle me dit “J’ai eu du mal à te chasser mon amour”.

Au dessus de ma tête, tel un affamé vautour,

Prête à me jeter aux flammes, allumer son four.

Qui n’a nullement besoin de réclame,

fait de moi son souper et fetour.

 

troubadour © copyright

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

35 vues
S'abonner
Me notifier pour :
guest
1 Commentaire
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Anne Cailloux
Membre
16 décembre 2018 9 h 37 min

Souvenir sous fond de tipi. Moi squaw avoir joué souvent sous tipi avec chef de la tribu des ohlalasapu.
Il m’arrive encore d’allez voir peaux rouge dans tipi au font du jardinau bout de la feance.
Histoire très bien menée.. Bravo. 2