Quand la vie perd son prix -Brahim BOUMEDIEN-

 

 

 

Quand la vie perd son prix
Un long fleuve tranquille
Non la vie ne l’est pas
Souvent difficile
Et parsemée d’appâts

Sirocco, tempête
Déluge de feu, de sang
Se succèdent, se répètent
Depuis pas mal de temps

Faut-il vivre ou mourir
Là est la question
Quand le fait de sourire
Déserte nos régions

Visages renfrognés
Et paroles abjectes
Incitent à s’éloigner
De ces tristes sectes

Martyrs qui êtes sous terre
Excusez nos pas
Nous ne sommes pas fiers
Ne nous en veuillez pas

Un monde qui va mal
Incite-t-il à vivre
Quand les fourbes chacals
Excellent en manœuvres.

Assassins de la vie
Quand aurez-vous honte
En plus d’être maudits
Viendra le jour des comptes.

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

560 vues
Brahim Boumedien

Brahim Boumedien (279)

- Diplômé de l'Ecole Normale Nationale d'El-Harrach - Formateur (Education Nationale et Formation professionnelle) - Ancien professeur de Techniques de gestion et de Techniques d'Expression - Ancien professeur à l'ENNET - Ancien directeur de collège. S'occupe actuellement de recherche pédagogique (lutte contre l'analphabétisme, en particulier)
Site Web : http://pedagotec.e-monsite.com

S'abonner
Me notifier pour :
guest
4 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Véronique Monsigny
Membre
9 mars 2016 9 h 16 min

A Brahim est en colére ! Oui mais humeur productive et pleine de bonté. Non la vie n’est pas un long fleuve tranquille… ET en meme temps j’oserais dire -tant mieux- sinon elle ne servirait à rien. Le positif dans nos pays, est le developpement depuis un petit siecle seulement, de la solidarité.