APPARENCES – Véronique Monsigny

APPARENCES – Véronique Monsigny

 

Il faut scruter les cœurs et non les apparences

Qui  ne sont pas toujours le reflet de notre âme

La beauté trop  souvent achète la confiance

Alors que la conscience de nos cœurs est la trame

 

L’apparence est changeante et la beauté fragile

Tandis que la conscience en tous lieux nous épie

Nous mettons des habits de campagne ou de ville

L’âge change nos visages, le cœur est sans répit

 

L’apparence parfois est un tombeau blanchi

Qui cache de nos cœurs les fausses résiliences

Mais notre vérité se meurt sous le torchis

Qui recouvre les murs de notre conscience

 

Aujourd’hui, jeunes gens que célèbre la vie

Vous triomphez au fait de votre magnificence

Vous voyez que votre âge  peu à peu vous ravit

Ce qui donne à votre être son prix et sa puissance

 

Défouissez vos cœurs, acceptez vos faiblesses

Elles vous donneront la force que nul ne peut détruire

Vous vivrez au grand jour en oubliant l’ivresse

Confort des malheureux qui veulent la lumière fuir

 

 

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

28 vues
S'abonner
Me notifier pour :
guest
2 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Alain Minod
Membre
14 mars 2016 4 h 56 min

Merci pour ce poème ! OUI : pour ce qu’il apporte de votre lucidité dans votre lyrisme ! Je reprendrais volontiers René Char : ” La lucidité est la blessure la plus rapprochée du soleil” in “Feuillets d’Hypnos” dans ” Fureur et Mystère” Ed. Gallimard — Col Poésie

Brahim Boumedien
Membre
13 mars 2016 18 h 14 min

Merci, Véro, pour ce très beau partage ! Beaucoup de sagesse, mais tes conseils seront-ils suivis ? Là est la question.