Un ange passa – Jera Hamben

Un ange passa
Un jour sur le chemin d’une de mes vies ,je l’ai rencontré, en silence son
cœur saignait, pour avoir tellement aimé sans jamais en réalité être lui
même aimé, ni adoré mais bien trompé.Pour avoir si souvent donné de son
corps de son âme ,sans avoir jamais reçu ,ni demandé.Dans ces moments là
,il cherchait ses repères , il éludait le ciel pour lui montrer la clarté, mais il
était seul au milieu de ces chiens errants, qui n’avaient pour lui que dédain
et pour seul sentiment la convoitise.Dans le ciel le brouillard était trop
épais pour apercevoir une lueur de cette clarté.Il espérait qu’un rayon du
soleil puisse illuminer son étroit chemin, il ne pouvait distinguer plus loin
que son cœur qui, en son sein tremblait de pénibles douleurs.Devant cet
être si fort et si fragile, je restait dénuée, dépouillée de mes forces, mes
seules armes étaient mes mots ,et de ces mots j’ai tenter de mettre fin à ses
maux.Avec une profonde et douce émotion,Je lui ai écrit ces quelques
vocables .Pourras -tu un jour démasquer ces visages et découvrir sous ces
masques toute la la tyrannie et la barbarie où tu t’es longtemps
abrité?Cesseras-tu un jour d’être à l’affût de ces mufleries et à l’écoute de
l’infamie?Je le sentais alors devenir un enfant ,une âme en perdition ,je le
pris dans mes bras et nous vîmes comme par magie ,le brouillard s’apaiser
,je le sentais cesser de pleurer en secret, son sourire de nouveau s’éclairer,
son tendre visage si beau à regarder, quitter tous ses masques où il s’était
réfugié.A cet instant ,le bonheur lui faisait le grand écart, lui ouvrant ainsi
la porte de tous les espoirs ,tout lui était permis, la joie lui était infinie.
En ces derniers mots je lui dis:Si tu penses que ta vie a été déchirée ,sa
survie est bien présente et même si le combat s’annonce violent ,dans un
jour ,un mois, une année ,ta vie tremblera de bonheur, d’un amour profond
intense et une vraie histoire d’amour pur et sincère sera née.Il leva ses yeux
suaves et mélodieux vers moi et dans un soupir caressant il me dit:”Mon
amie, je te fais la promesse de ne plus céder à la tentation ,cette folle
sorcière de l’infamie, destructrice insolente de la belle raison, fureur sans
lendemain, je serai dorénavant fort ,solide comme un mur d’airain, je
m’isolerai de cette pulsion ,oracle malfaisante, avide d’affronts.”Sur ces
mots pleins de promesses , je l’embrassais tendrement sur le front et repris
le chemin d’où je venais ,le cœur et l’âme attendris.
Jera Hamben
0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

5 vues
S'abonner
Me notifier pour :
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires