Amers oiseaux de mer – Christian Satgé

Petite fable affable

Refusant de danser la valse hésitation,
Un cormoran voulut être agréé, noir de plume,
Chez les fiers Pélicans à l’implantation
Immaculée mais, las, à l’entendement d’enclume.
Pour ce genre d’affaires, c’est Sieur Goéland,
Laquais des grands becs ensachés qui, l’air des plus dignes,
Promeut ou déchoit qui croit, dans quelque élan
De sa vanité, jà courtiser ces presque cygnes
De l’océan. Ce valet-là, l’œil inquisiteur
Et le verbe moqueur aime fort que l’on en rabatte
Devant lui, que l’on s’humilie et sans façon,
Qu’à tout propos, sur toute chose faite, on le flatte
Sachant trop son pouvoir, faisant tout haut leçon
Aux plus sages macareux comme aux folles mouettes,
En remontrant aux frégates et aux plongeons,…

Jusqu’au jour où un fou, cette insigne girouette
N’ayant pas cacahuète en tête comme un pigeon,
Avertit ses pairs que ce goéland-là, carpette
Devant ses rois, ne valait hélas pas tripette.
Aussi une sterne, un matin, le remplaça
– Car les Pélicans, Goéland, à force lassa –
Plus terne et plus modeste, en un mot moins arpette,
Mais le fou dit, dès que la sterne ainsi se plaça,
Que rien ne changeait en pays de Thalassa :
« Méfiez-vous de l’humilité et du paraître :
Souvent le larbin est plus hautain que son bon maître ! »

 

© Christian Satgé – juin 2018

 

 

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

16 vues
Christian Satgé

Christian Satgé (834)

Obsédé textuel & rimeur solidaire, (af)fabuliste à césure… voire plus tard, je rêve de donner du sens aux sons comme des sons aux sens. « Méchant écriveur de lignes inégales », je stance, en effet et pour toute cause, à tout propos, essayant de trouver un équilibre entre "le beau", "le bon" et "le bien", en attendant la cata'strophe finale. Plus "humeuriste" qu'humoriste, pas vraiment poétiquement correct, j'ai vu le jour dans la « ville rosse » deux ans avant que Cl. Nougaro ne l'(en)chante. Après avoir roulé ma bosse plus que carrosse, je vis caché dans ce muscle frontalier de bien des lieux que l'on nomme Pyrénées où l'on ne trouve pire aîné que montagnard.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires