VICENTA – Véronique Monsigny

VICENTA – Hommage à une Dame

 

Elle venait d’arriver d’Espagne

 Pour s’occuper de la maison

Avait traversé les montagnes

 Abandonné ses nourrissons

 

Telle les nourrices de naguère

Laissant leurs enfants derrière elles

Elle avait vaincu la misère

Au prix de son cœur  maternel

 

Et nous ses bourreaux innocents

Avons grandis cahin-caha

Ignorant que nos cœurs d’enfants

Usaient celui de Vicenta

 

Aujourd’hui je revois ses mains

Usées par une vie de peines

Et je regrette de n’avoir point

Su y voir celles d’une reine

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

8 vues
S'abonner
Me notifier pour :
guest
1 Commentaire
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
ChanTal-C
Membre
18 août 2017 23 h 36 min

J’aime beaucoup Véronique !
Belle réflexion dans ce poème plein de sensibilité !
Merci

Chantal