Un moment de bonheur – Nabil Khennous

C’était, je crois, un jour de juillet où
la digne amitié qui nous unissait
déambulait dans les rues les seins nus
exposée à une lumière d’une grande clarté,
se dissimulant juste aux regards importuns.

Nous évoquions le futur des souvenirs passés,
toi mon amie, mon âme, ma muse,
qui me dirigeait sur le chemin d’une lumière diffuse.

Au détour de la route nous chevauchions l’Amicale,
la steppe sauvage de notre potentiel animal,
pour rire du souvenir d’une apollinaire érection.
Retrouver l’amie triste d’un départ anticipé
dans l’étroite ruelle de notre amitié ensoleillée
et rire encore de ces instants d’une telle félicité.

©

4.4 7 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

31 vues
Les Fleurs de Vent

Les Fleurs de Vent (11)

De la vanité comme une brise d'été, de l'égo comme une tornade endimanchée, de l'amour comme un torrent de montagne non domestiqué, le doute de l'imposteur qui s'invite encore parfois à diner, quelques vers de terre et d'eau les deux mélangés qu'importe le flacon quand peuvent surgir quelques joyeuses étincelles! Vivre et aimer malgré les chutes et les erreurs, jamais n'y renoncez car c'est la seule chose qui nous fait nous sentir véritablement exister!

S'abonner
Me notifier pour :
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires