Pour Damas – Aldrick Le Mat

Les marmots de la peur sitôt se réveillent

Ils courent comme à l’heure de la récréation

Aujourd’hui, à peine six heures, la veille

“Il pleuvra des bombes” disaient les prévisions.

Les larmes des enfants font mise en abyme

Quand la lourde valse à cent temps ouvre le bal

L’écroulement des immeubles, aux cribles des balles

Sous les coups des obus, la ville s’abîme

Les oiseaux bombardent cette fourmilière

L’horreur de la guerre, les flammes du néant.

Pour ces gens dont la peur est familière

D’aussi haut, il ne reste plus rien de vivant.

Aldrick LM.

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

2 vues
Aldrick M

Aldrick M (95)

Aldrick, jeune homme de 21 ans. Passionné des Lettres et de Poésie. Parce qu'écrire ce qu'on vit c'est le vivre deux fois.
"Les mots il suffit qu'on les aime pour écrire un poème" R.Queneau

S'abonner
Me notifier pour :
guest
2 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
IRIS 1950
Membre
4 avril 2017 21 h 25 min

Oui comment font-il pour vivre au milieu de ces immeubles détruits avec la peur au ventre. Combien en sortent vivants. Merci d’avoir pensé à ceux qui sont loin de chez nous et qui vivent dans la misère. Belle soirée. IRIS