Papa – Bernadette Laroze

Il était démuni de toute vanité

D’une  fratrie nombreuse il était

Au milieu de ses frères

Et soeurs.

 

À l’âge de neuf ans

Il fut envoyé pour quelque temps

Dans une  ferme travailler

Sa famille de lui ne pouvant s’occuper.

De l’expérience il en fut meurtri

Et bien que plus tard les raisons il comprit

De cet éloignement

Il gardait un amer sentiment.

 

Sa famille vécut des tragédies

Deux enfants à la guerre partie

Deux autres perdus en pleine enfance

Une fille mourut  donnant naissance.

 

Un neveu de vingt ans par le nazisme sacrifié

Au nom de la liberté

Soixante-dix ans plus tard son nom peu banal

Résonne encore: Martial.

Toutes ces tribulations

Revenaient dans les conversations

Mais pas très souvent

Il préférait les laisser dans le temps.

 

Il ne se plaignait que très rarement

Et c’était surtout à cause du  mauvais temps

Son humble condition il l’acceptait

Comme un simple fait.

 

Nous avions de longues discussions

Mais jamais nous nous disputions

Nous n’étions pas toujours sur les mêmes ondes

Mais nous savions que différents étaient nos mondes.

 

Rarement il élevait la voix

Mais lorsqu’il le faisait tous se taisaient

Conscients que nous avions dépassés

La limite de sa passivité.

 

Toute personne aimait mon père

Malgré tous ses revers

Il était d’une tranquillité

Qui désarmait toute animosité.

 

Bien sur, il n’était pas parfait

Mais qui l’est?

Quelques verres de trop

Le rendait vraiment sot.

 

Il y a maintenant vingt-neuf ans

Qu’un magnifique jour d’automne il se dit partant

Et lorsque j’ai besoin de paix

C’est lui qui vient me chercher.

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

29 vues
Bernadette Laroze

Bernadette Laroze (92)

Je suis née en Bourgogne.

Mon mari, mon fils et moi sommes partis au Canada où nous sommes restés un peu plus de trois ans. Nous avons
vécu dans un petit village minier au nord de la Province de Québec et ensuite nous sommes allés à Montréal puis Toronto.

Nous avons ensuite émigré aux États-Unis à Fort Lauderdale en Floride où nous nous sommes ancrés à vie. Mon deuxième fils est né en Floride.
J’ai fait de nombreux voyages en France, et tout a cessé
lorsque mes parents sont décédés.

Merci de me lire.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
2 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Laurence de Koninck
Membre
2 février 2019 14 h 18 min

Voilà un papa qui doit être fier de sa fille depuis le Paradis. Merci pour ce poème touchant Bernadette.