Nadja – Lawrence Frel

Dans la torpeur acide des antres de la nuit
L’inquiétante lueur de la montagne luit
L’astre lumineux blanc apporte son aigreur
Son souvenir acre me laisse dans ma torpeur 

Son souvenir acre me laisse dans ma torpeur 
Le souvenir d’antan quand dénué de toute peur
Nos cœurs s’enlaçaient avec toute cette innocence 
C’était donc cette vie que tous les souvenirs encensent 

C’était donc cette vie que tous les souvenirs encensent
Nadja m’aimait tant et par nos sentiments immenses
Les barrières du temps et les montagnes enneigées 
n’étaient pas de taille à pouvoir nous séparer 

A présent séparés, et vivant de cette horreur 
Je regarde la lueur percer le ciel pleureur 
La montagne est bien là mais son sol est dégarni
Je regarde de mon âme percer cet espoir fini.

©Lawrence Frel

Poème écrit un matin à l’aube, aux premières lueurs du jour.

Le regard de l’auteur est tourné vers  les Alpes, qui sépare les désormais ex-amants.  

 

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

149 vues
Lawrence Frel

Lawrence Frel (4)

J'ai découvert récemment que les mots bien choisis et bien agencés avaient aussi un pouvoir d'expression inégalables. Je m'emploie donc à exprimer ce que je ressens en espérant à la fois faire du bien à autrui et surtout à moi-même...

S'abonner
Me notifier pour :
guest
2 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
O Delloly
Membre
30 octobre 2018 18 h 05 min

jolie phrasé poétique, posé doux et romantique
merci
O