La Mante à l’eau – Christian Satgé

Petite fable affable

 

Prompte, implacable guerrière dressée,

L’œil courroucé et l’air toujours altier,

De qui ne laisse jamais rien passer

La mante religieuse, sans pitié,

Régnait, ici-bas, et sans partager

Ni trône ni gains. Partout on la craint

Nul, par elle, n’étant prou ménagé :

Insecte aérien, ou bien souterrain,

Sans revenir sur tous ses bons maris,

Morts de l’avoir, un jour, un peu aimée.

Hélas, son pouvoir n’avait pas tari

La soif d’absolu qui l’animait :

Fi de ces frêles bestioles ailées,

Et des insectes, maigres freluquets.

Elle alla donc aux moineaux se mêler

Pour les commander, jouant du caquet.

Eux, l’ont noyée, sans un patati,

Puis l’ont becquetée ; ce malgré son rang.

 Ah, mieux vaut être grand chez les petits

Que, sur ma foi, petit parmi les grands !

 

© Christian Satgé – décembre 2014

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

39 vues
Christian Satgé

Christian Satgé (834)

Obsédé textuel & rimeur solidaire, (af)fabuliste à césure… voire plus tard, je rêve de donner du sens aux sons comme des sons aux sens. « Méchant écriveur de lignes inégales », je stance, en effet et pour toute cause, à tout propos, essayant de trouver un équilibre entre "le beau", "le bon" et "le bien", en attendant la cata'strophe finale. Plus "humeuriste" qu'humoriste, pas vraiment poétiquement correct, j'ai vu le jour dans la « ville rosse » deux ans avant que Cl. Nougaro ne l'(en)chante. Après avoir roulé ma bosse plus que carrosse, je vis caché dans ce muscle frontalier de bien des lieux que l'on nomme Pyrénées où l'on ne trouve pire aîné que montagnard.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires