Les putains – Jean-Paul Innocenzi

LES PUTAINS

 

Elles ont été chantées par les plus grands poètes                                                                                              Depuis le grand Villon à Brassens, de nos jours                                                                                                      Ont les a affublés de nombreux épithètes                                                                                                          Celles qui pour deux sous vous vendent de l’amour

Venues du tiers monde ou bien de leur campagne                                                                                                  Attirées par la ville comme des papillons fous                                                                                                        Elles ont cru y trouver le pays de cocagne                                                                                                            Celles qui  vendent l’amour pour trois ou quatre sous

Elles se sont laissé prendre aux belles paroles                                                                                                        D’un beau baratineur qui disait les aimer                                                                                                            Elles n’ont pas beaucoup fréquenté les écoles                                                                                                      Que cela soit par choix ou par nécessité

Elles l’ont toutes suivi croyant à ses promesses                                                                                                      De la belle vie facile, des sorties, du ciné,                                                                                                            Croyant à ses « je t’aime, » croyant à ses caresses,                                                                                              Elles ont vite compris, et vite déchanté

Mais pourquoi les juger, si elles sont consentantes                                                                                              Les uns vendent leurs cerveaux, elles, vendent leur corps                                                                                    Même si les bien-pensants les trouvent révoltantes                                                                                                Elles pensent, et c’est vrai, qu’elles ne leur font pas tort

Croyez que ce métier, puisque ainsi elle le nomme                                                                                                N’est pas de tout repos, et peut être dangereux                                                                                                    Car pour satisfaire le désir des hommes                                                                                                                Elles doivent participer à tous leurs petits jeux

Lorsque le poids des ans les poussent à mettre un terme                                                                                        A cette profession, elles ne savent que faire                                                                                                          Devenir maquerelle, retourner à la ferme                                                                                                            Il est souvent trop tard, pour elles c’est l’enfer

Odalisques, putains ou bien simples chandelles                                                                                                      On peut dire qu’elles l’ont brûlée par les deux bouts                                                                                            Au soir de leur vie qu’elles ont rêvée si belle                                                                                                        Elles sont toutes seules, sans amour, sans un sou                  

J.P INNOCENZI (MAI 03)

3.7 3 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

14 vues
Jean-Paul Innocenzi

Jean-Paul Innocenzi (25)

bonjour à tous,

Je vous ai rejoins depuis peu, et j'écris depuis près de 40 ans, j'en ai 70.
J'écris des "poèmes" des nouvelles, des sketch des historiettes, au gré de mes humeurs, certains reflètent ce que je pense, c'est pourquoi je les ai laissés si longtemps dans mes tiroirs, mais en découvrant ce site, je me suis dit pourquoi pas?
J'aime beaucoup Hugo, Lamartine, Rimbaud, Villon, Aragon, Brassens Ferrat, Brel, Ferré, Neruda, Garcia Lorca, qui m'inspirent souvent.
Alors si vous les appréciez, je vous dit à bientôt.
Amicalement
Jean Paul INNOCENZI

S'abonner
Me notifier pour :
guest
2 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Marcel Charlebois
Membre
1 mai 2021 18 h 55 min

Bel hommage à ces femmes de misère que j’aime dans leur entièreté décousue par l’écume des jours qui les anobli.

Marie-Hélène Coppa
Membre
30 avril 2021 15 h 28 min

magnifique hommage aux “dames de la rue” qui pour gagner le sou, offre à tous leur vertu.
merci pour ce beau partage