Le poète exilé – Lucien Scheer

 

A l’aurore,
quand la terre timide,
de son habit de nuit,

se dénude.

De mes rêves insensés,
d’un rayon indiscret,
dévoile les secrets,

sans pudeur,

dans le silence,
à l’ombre des regards
je lui ouvre mon Âme.

Quelques taches d’encre,
jetées sur le papier
éclairent mes pensées.

Des morceaux de mots s’enchaînent,
des rimes se déchaînent,
dans le secret du silence.

Luciano

LA LIBERTé D’EXPRESSION

Le MAROC est un pays où la liberté d’expression, n’est pas encore au niveau de nos démocraties qui par contre parfois en abusent.
Où est l’équilibre, mais il est intolérable que des écrivains ou poètes marocains ou d’autres nationalités doivent vivre en exil.

Abdellatif Laâbi est un exemple parmi d’autres, son poème “ J’atteste “

Abdellatif Laâbi est un poète engagé qui dénonce avec force l’islamisme radical.

J’ATTESTE

qu’il n’y a d’Etre humain

que Celui dont le coeur tremble d’amour

pour tous ses frères en humanité

Celui qui désire ardemment

plus pour eux que pour lui-même

liberté, paix, dignité

Celui qui considère que la Vie

est encore plus sacrée

que ses croyances et ses divinités

J’ATTESTE

qu’il n’y a d’Etre humain

que Celui qui combat sans relâche la Haine

en lui et autour de lui

Celui qui dès qu’il ouvre les yeux au matin

se pose la question :

Que vais-je faire aujourd’hui pour ne pas perdre

ma qualité et ma fierté

d’être HOMME ?

Abdellatif Laâbi, 10 janvier 2015

TAHAR BEKRI

LA PLUME

Prends une plume entre tes doigts tremblants Et sois sûr
Que l’univers est un papillon bleu
Et que les mots lui sont des filets

Étoile

Prends ton pinceau cette nuit
Et dessine ton étoile lumineuse
Puis va dormir
Des ailes pousseront à l’étoile
Et quitteront à l’aube la blancheur de la feuille

Le feu

Dans la blancheur de la nuit,
il a vu s’éloigner le feu des tribus

Il se disait alors :
Je dessinerai sur mes feuilles de papier le feu clair
Je me blottirai dans l’obscurité près de son bleuissement
Et accourrai de toutes parts

Le fleuve entrera dans ma maison lorsque je le dessinerai
Les beaux poissons entreront dans ma chambre

Les vieux arbres et la montagne entreront
Mon père reviendra de son exil lorsque je le dessinerai
Et je m’agripperai aux basques de son manteau

Dans la blancheur de la nuit,
il a vu s’éloigner le feu des tribus

(Tahar Bekri)

 
0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

41 vues
Lucien Scheer

Lucien Scheer (64)

Ecrire pour partager les émotions, la beauté de la vie, la tristesse parfois, la sensualité, les rêves , les fantasmes , l’amour.
Ce sont les chemins de la vie.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
1 Commentaire
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Béatrice Montagnac
Membre
22 juillet 2017 13 h 18 min

Bravo une plume majestueuse courageuse bon weekend à vous