Le chausseur sachant chausser – Christian Satgé

Petite fable affable d’après une histoire du folklore juif

Un chausseur sachant chausser
Donnait à sa clientèle,
Sans jamais ses prix hausser
– Ce n’est pas là bagatelle ! –
Deux paires, oui j’ai dit deux,
Aux nantis comme aux merdeux,
À chaque commande faite
Auprès de son magasin.
Et chacun lui faisait fête
D’être aussi peu sarrazin !

Mais un jour, fort en colère,
Le rabbin du quartier
Vient voir ce séculaire
Comme pour le châtier.
« Ah, quel cadeau inutile
Que des chaussures de style
Trop petites !… Car, Mani
Ainsi ta seconde paire
Se trouve être. Tu le nies ?

– Ainsi le voulait mon père
Qui me disait que c’est là
La seule façon au monde
D’oublier, quand on est las,
Qu’on a soucis à la ronde :
Des souliers trop étroits
Tout un jour, pas deux ni trois,
Tu ne penses à rien d’autre !
Mon cadeau, en est un vrai,
Pas fierté où je me vautre,
Car je m’en trouve pauvret. »

Ne juge pas ce qu’on t’offre,
Au l’aune de tes besoins
Et garde au secret d’un coffre
Qu’autrui a du bon sens !

© Christian Satgé – Décembre 2017

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

23 vues
Christian Satgé

Christian Satgé (834)

Obsédé textuel & rimeur solidaire, (af)fabuliste à césure… voire plus tard, je rêve de donner du sens aux sons comme des sons aux sens. « Méchant écriveur de lignes inégales », je stance, en effet et pour toute cause, à tout propos, essayant de trouver un équilibre entre "le beau", "le bon" et "le bien", en attendant la cata'strophe finale. Plus "humeuriste" qu'humoriste, pas vraiment poétiquement correct, j'ai vu le jour dans la « ville rosse » deux ans avant que Cl. Nougaro ne l'(en)chante. Après avoir roulé ma bosse plus que carrosse, je vis caché dans ce muscle frontalier de bien des lieux que l'on nomme Pyrénées où l'on ne trouve pire aîné que montagnard.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
2 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Laurence de Koninck
Membre
8 septembre 2018 11 h 42 min

Merci Christian de nous donner toujours à penser avec vos fables si bien tournées. Voici encore une belle leçon de vie à méditer.