Le Cap d’Agde – Simone Gibert –

Août 2006.

 

La terrasse s’ouvre,

Ciel qu’on découvre,

D’un azur épuré,

Par les rayons dorés,

 

Du soleil au levant.

Bateaux de plaisance

Les mâts se balancent,

A quai dans le chenal,

 

Où il n’est pas banal

De dédaigner le vent.

Ensuite, bâtiments

Dans l’ombre un moment,

 

Petites terrasses,

Juste après la place,

Aux lauriers mouvants.

Détournons les yeux,

 

Admirez tout ce bleu

Du ciel, de la mer,

Où le regard se perd,

Toutes voiles au vent.

Un effet d’optique,

 

La mer, c’est magique,

Passe au-dessus des toits,

Comme on le voit parfois,

Dans un dessin d’enfant.

 

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

56 vues
Simone Gibert

Simone Gibert (142)

Au MAROC depuis l'âge de7 ans.
Etudes secondaires au Lycée de Jeunes Filles à Casablanca.
dans les années 50.

Au Secrétariat d'une Entreprise de Bâtiment à Annecy.

Deux années passées au SENEGAL.

J'aime la nature, la peinture, je m'essaye à la poésie.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
4 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Anne Cailloux
Membre
21 mars 2020 20 h 42 min

Magnifique écrit et trés belle région que ce Cap-d’Agde.
Bravo à vous Simone
Anne

Brahim Boumedien
Membre
20 mars 2020 17 h 22 min

Merci, Simone, pour le partage de ce moment poétique, tellement bénéfique !