L’araignée au plafond – Christian Satgé

 
Petite fable affable
 
Parce qu’il gobe tout, ragot et mensonge,
Le vieux Marcel, on le croit bête et niais.
Cet innocent se paie en monnaie de songes ;
On lui croit donc volontiers une araignée
Au plafond avec son éternel sourire :
Il n’était rien, n’avait rien et croyait tout !

Pour tout le village ce sot prête à rire,
Et, pis, on ne lui épargne rien, surtout
Mots mesquins, fichus tours et douteuses blagues,…
Ce benêt, quoique la risée de chacun,
Garde toujours un sourire dans ses bagues.
Il ne s’efface jamais malgré taquins,
Méchants et mauvais qui, hélas, le harcèlent.

Il ne connaît pas d’autres amitiés ;
Pourtant sa bonne humeur jamais ne chancelle.

La seule qui ait eut quelque pitié
Pour lui, à défaut d’amour, un jour, demande :
« Tu ne vois pas qu’ils te prennent pour un con ?
– On est toujours l’ahuri d’un autre… en bande !
– Pourquoi sourire à ces ânes rubiconds ?
– Pardi, pour qu’ils me croient heureux, ces apôtres :
Ton bonheur fera toujours chier les autres ! »
 
© Christian Satgé – mai 2014
0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

66 vues
Christian Satgé

Christian Satgé (834)

Obsédé textuel & rimeur solidaire, (af)fabuliste à césure… voire plus tard, je rêve de donner du sens aux sons comme des sons aux sens. « Méchant écriveur de lignes inégales », je stance, en effet et pour toute cause, à tout propos, essayant de trouver un équilibre entre "le beau", "le bon" et "le bien", en attendant la cata'strophe finale. Plus "humeuriste" qu'humoriste, pas vraiment poétiquement correct, j'ai vu le jour dans la « ville rosse » deux ans avant que Cl. Nougaro ne l'(en)chante. Après avoir roulé ma bosse plus que carrosse, je vis caché dans ce muscle frontalier de bien des lieux que l'on nomme Pyrénées où l'on ne trouve pire aîné que montagnard.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
2 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Geno
Geno
Invité
30 mars 2017 12 h 38 min

On peut être naïf et sensé… portrait de l’être humain finement observé et tracé d’une plume concise. Une perception d’aigle, un oeil indulgent, une main ferme, j’aime ces textes francs ! Merci Christian