Esprit – Laura Joannidis

Esprit

Lorsque l’esprit va trop loin
Ronger par certains refrains
Prières des esprits errants
Voies, tu les toiles là aux coins

Entends-tu les sentinelles ?
Miel donne aux abeilles
Mon dieu, quelle merveille
Jamais elles ont étés si belle

Elles dévorent sur la lavande
À Vinon sur/verdon, passant
T’admires, te jalouses précisément
Au ciel, le firmament descend

L’esprit prend gloire en écrivant
Le poète chante sur son papier blanc
decibelle, syllabes, palabres sauve avant
Puis ruisselle tel l’ouragan tel un amant

La pulsion de l’instant suprême aimant
Quand le jour ponte à l’horizon soleil cris
La plume n’arrête pas son chemin d’argent
Pluie Vent, marrée noir, blanc ocre ,écrit

De voix solide, grisaille l’insolite, ou funeste
Sulfurant suite de. Ma tête de poétesse
J’écris au humain ou au vent qu’importe
Le message a ces doubles hangars et porte

Qui arrête le fou ? Ma plume appuis
Sur des faits réels nullement féerique
Gâcher encre, pour tes brunes, inédites
Cri,rie ,je suis-ce que je suis …… Ligne

Écrit de Laura Joannidis,tous droits réservé

 11152716_802843556436605_8108983734747972764_n

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

0 vue
S'abonner
Me notifier pour :
guest
1 Commentaire
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
patricecharliecourty
patricecharliecourty
Invité
14 juin 2015 20 h 24 min

“Esprit”, la lecture de votre poème fait croître en moi, l’envie de connaître le vôtre. Il doit être au moins aussi riche que votre poème.