De rien – Jean-Marc Finiels

De rien

 

Mes jours fleurs de sel

L’absence en dentelle

Me torturent et m’enficellent

 

J’ai les heures qui sonnent creux

Les contours de mes yeux

Bordé d’un rêve, tout au mieux

 

Mes mots sont fragiles

Ils s’effacent facile

De mes raisons malhabiles

 

Mais jamais endormie

L’inexorable envie,

Savoir pourquoi, et surtout qui

 

Je ne me souviens de rien

Seulement d’une date, le reste en vain

Ce qui soutient le flou

Acquittée du vide entre nous

C’est elle, quelque part sur la terre

 

Effeuiller les pétales

De ce manque abyssal

Tout au fond de mon journal,

 

Ça ne donne qu’à pleurer

Sans cesse m’interroger

La question est qui tuer ?

 

Les doutes qui réveillent

Les envies que je raye

Ou ton visage que j’essaye

 

Mais le  mur devant moi

De colères ou de plats

C’est bien moi que ça tuera

 

Je ne me souviens de rien

Seulement d’une date, le reste en vain

Seulement me viens de nous

Tous ces bouts de phrases que j’ai dit partout

Ces beaux mensonges, sang éphémère

Jime

Jean-Marc Finiels

 

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

19 vues
S'abonner
Me notifier pour :
guest
1 Commentaire
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
marie-christine bossis
marie-christine bossis
Invité
19 mai 2015 8 h 28 min

très beau