Ce monde infini… Yvon Gutierres

CE MONDE INFINI…

Prendre le temps de s’arrêter,

De respirer, d’ouvrir les yeux,

Savourer l’eau qui désaltère

Ce bien Divin et si précieux.

Asseoir son cul sur une pierre

Tout en se posant la question,

La vie la mort, l’amour la guerre

Ces mots sont-ils en perdition ?…

Sauver ce monde méconnu

Qui nous apporte tant et tant.

Sauver ce moi, cet inconnu

Qui vit en moi à cœur battant.

La mer efface mon empreinte

Laissé sur le sable du temps,

Mais le vent comme une plainte

Me dit respire, prends ton temps.

J’ai tant appris, mais ne sais rien

De tout ce monde microscopique

Qui vit en moi que pour mon bien

Pour révéler mon corps quantique.

Si toute cause à son effet

C’est sur nos actes qu’elle agit

En nous donnant le vrai reflet

De la magie du corps/esprit.

Je reste encore un peu assis

Sur la pierre de mon destin

J’offre à mes yeux la galaxie

De ce monde infini, au mien…

Yvon

ce monde infini

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

2 vues
Yvon Gutierres

Yvon Gutierres (31)

Ancien ouvrier chaudronnier, il me plaisait de donner une vie au métal, lui insuffler un mouvement, il m’arrivait parfois pour ne pas oublier une phrase, un quatrain d’écrire à la pointe à tracer sur une feuille de métal. J’ai quitté l’école très tôt pour travailler et aider mes parents. Ayant quelque problème avec la langue française, je me suis mis à lire et à aimer la poésie et aujourd’hui je suis heureux d’avoir pu faire éditer mon premier recueil de poèmes chez Edilivre qui me permet de faire partager mes bonheurs, mes amours et mes angoisses.
Je n’ai hélas guère le temps de m’occuper de la promotion de mon recueil, je suis un vieux monsieur débordé, j’ai du mal à finir mon deuxième recueil de poésie et le livre que j’ai commencé, il y a dix ans.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
1 Commentaire
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Véronique Monsigny
Membre
19 octobre 2015 16 h 39 min

Au vieux Monsieur débordé je dis bravo ! quelle jeunesse dans votre poème. il m’a saisi car on ne peut choisir d’aimer ou de ne pas aimer. mais je suis heureuse de dire “j’aime”. Véronique