Aigres aigrettes – Christian Satgé

Petite fable affable

 

Sur cette bonne Terre qui n’avait
Pas encore créé les Hommes, race
D’ombres qui se croient soleils, on trouvait
surtout des oiseaux légers, pleins de grâce.
Mais aussi d’autres : hérons se voulant
Héros, butors butés ou pies grièches
Aux paroles sèches, aux phrases rêches,…
Les pires parmi ces êtres volants
N’étaient pas la buse cherchant des dupes
Ni même le fort sombre cormoran
Affirmant que bon sang donne haut rang,
Mais l’insigne grèbe et la fade huppe.

Chez l’une, l’amitié se monnaie,
L’attention se calcule chez l’autre.
Ces défauts, bonnet blanc et blanc bonnet,
Rapprocheraient plutôt ces deux apôtres.
Si la grèbe est vaniteuse à souhait,
Comme un jeune paon la huppe est vantarde.
Ainsi, elles en vinrent, babillardes
Sur la défensive, queue en fouet,
À comparer leur toupet, l’épi de plume
Avec lequel elles se pavanaient
Et qu’elles ont depuis qu’elles sont nées.
Mais leur querelle déchire la brume.

Se posa, tout près, un martin-pêcheur.
Il aime à tarifer, selon les dires,
Ses bienfaits, comme tout bon prêcheur,
À l’aune de l’intérêt qu’il en tire.
Là, il est venu bénévolement.
« Las, vous discutez comme on se dispute !
Lance l’oiseau. Cessez cette lutte !

Fi donc, fait la huppe, l’emportement
Vient de cette honte de sa race !

Cette espèce de plumeau fanfaron
Dit la grèbe, veut me faire marron !

Peuh !… Son reflet, dans, l’eau fuit sa face !

Ton plumet vaut moins que ton bon caquet !

– C’est pas ta houppe qui fait ton panache
Mais ta sottise !… Une simple bernache
Est bien plus belle. Même un raquet…

– Suffit !… Je suis à bout de patience,
Coupa le martin-pêcheur excédé.
Votre chamaille est d’insignifiance
Et votre cause mauvaise à plaider :

Quand on  ne peut être fier, Mesdames,
De ce qui nous fait parce qu’on le fait,
On l’est de la façon, là est le blâme,
Dont la Mère Nature nous a fait ! »

 

© Christian Satgé – janvier 2016

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

41 vues
Christian Satgé

Christian Satgé (834)

Obsédé textuel & rimeur solidaire, (af)fabuliste à césure… voire plus tard, je rêve de donner du sens aux sons comme des sons aux sens. « Méchant écriveur de lignes inégales », je stance, en effet et pour toute cause, à tout propos, essayant de trouver un équilibre entre "le beau", "le bon" et "le bien", en attendant la cata'strophe finale. Plus "humeuriste" qu'humoriste, pas vraiment poétiquement correct, j'ai vu le jour dans la « ville rosse » deux ans avant que Cl. Nougaro ne l'(en)chante. Après avoir roulé ma bosse plus que carrosse, je vis caché dans ce muscle frontalier de bien des lieux que l'on nomme Pyrénées où l'on ne trouve pire aîné que montagnard.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
5 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Invité
5 novembre 2017 8 h 33 min

La Huppe se trouve chez les oiseaux du Jardin d’Eden , dans la Genèse de la Bible ;

Plume de Poète
Administrateur
5 novembre 2017 8 h 07 min

Vos belles fables nous enchantent Christian, merci pour vos partages !
N’oubliez pas d’ajouter votre biographie ou présentation auteur par l’intermédiaire des réglages de votre profil membre afin que les visiteurs, lecteurs et membres puissent mieux vous apprécier.
Cette présentation s’affichera dans la rubrique “A propos de l’auteur” sous tous les textes que vous publiez depuis le site.
Je reste à votre écoute si besoin.
Bien à vous,
Alain