Vite fait… – Christian Satgé

Petite fable affable

 

Une veille araignée en un taillis du talus,
Tant grasse et grosse, ne peut plus tisser elle-même.
Elle requiert une toile pour son salut
Ce que ses sœurs et ses filles, de bon cœur quand même,
Lui proposent de faire sur l’heure : prédateur
Solitaire n’est pas moins aux siens solidaire !
« Une heure ! s’écrie, le ton fort désapprobateur
Et l’œil tout en courroux, notre doyenne atrabilaire.
Il vous faut œuvrer plus vite que cela : j’ai faim,
Moi, et vais mourir d’inanition à la fin.
Dix minutes seraient déjà bien trop attendre.

– Nous ferons de notre mieux dans ce laps de temps
Que vous nous donnez là ! » dirent en chœur les trois tendres
Bénévoles qui n’avaient pas fui entretemps.
Elles s’activèrent avec rage mais leur piège
De soie maladroit, imparfait, las, ne captura
Ni moucheron ni mouche. Ainsi mourut comme un rat
La vieille aragne oublieuse, quel sacrilège,
Qu’il nous faut, pour que se fassent les choses, donner
Du temps au temps, et tout retard alors pardonner.

.

© Christian Satgé – avril 2018

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

37 vues
Christian Satgé

Christian Satgé (834)

Obsédé textuel & rimeur solidaire, (af)fabuliste à césure… voire plus tard, je rêve de donner du sens aux sons comme des sons aux sens. « Méchant écriveur de lignes inégales », je stance, en effet et pour toute cause, à tout propos, essayant de trouver un équilibre entre "le beau", "le bon" et "le bien", en attendant la cata'strophe finale. Plus "humeuriste" qu'humoriste, pas vraiment poétiquement correct, j'ai vu le jour dans la « ville rosse » deux ans avant que Cl. Nougaro ne l'(en)chante. Après avoir roulé ma bosse plus que carrosse, je vis caché dans ce muscle frontalier de bien des lieux que l'on nomme Pyrénées où l'on ne trouve pire aîné que montagnard.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
2 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Marie Combernoux
Membre
28 juin 2018 12 h 07 min

Poème bien curieux et inattendu sur l’araignée ! vous avez beaucoup d’imagination et de talent !! Il me touche d’autant plus que lors d’un concours de poésie, j’ai eu à écrire une histoire sur le thème “un métier qui n’existe pas” et j’ai planché sur “un métier prometteur : réparateur de toiles d’araignées” histoire complètement loufoque. je peux vous l’adresser sur le site ou bien sur la messagerie. Il fait quand même presque 4 pages. Dites moi.

Amitiés.