Une goutte de rosée – Colette Guinard

UNE GOUTTE DE ROSÉE

Chaque perle qui coule de nos yeux
Est une goutte de rosée
Qui s’évapore jusqu’aux cieux
Pour emporter nos chagrins cachés

Et faire place à un ciel radieux
Qui illumine tous nos instants passés
A percevoir ce qu’il y a de plus merveilleux
Dans des liens d’amour et d’amitié
Qui peuvent faire de ce monde un paradis bleu

Chacun par ces gouttes versées
Remplira l’océan peu à peu
Et une fois nos peines épongées
Nous découvrirons ce que c’est d’être heureux

Texte de Colette Guinard1993

4.7 3 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

63 vues
Colette Guinard

Colette Guinard (436)

Je suis marié à Jean depuis 63 ans ,nous nous sommes connus gamins 14 et 17 ans , nous nous aimons d’un amour idyllique qui a enrichi ma vie et m’a donné des ailes ,de l’inspiration pour la peinture,la sculpture, la poésie , je suis en fauteuil roulant depuis treize ans après un A V C !
Actuellement je vis dans un résidence seniors afin d’être proche de mon époux qui est en face dans un ehpad en fauteuil roulant lui aussi ayant fait un très grave A V C il a perdu toute son autonomie mais garde intact son intellect ce qui nous permet de vivre notre complicité !

Nos quatre enfants nous ont donné une grande famille Jean et moi attendons ensembles le bout du chemin main dans la main, rien ne vaut la vie elle mérite d’être vécue

S'abonner
Me notifier pour :
guest
8 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Lucienne Maville-Anku
Membre
5 février 2021 17 h 31 min

Ce texte lui-même est rosée.
Il est fine gouttelette qui raffraîchit
Et vient hydrater le sol altéré de cœurs qui ont pleuré.
Colette, vous connaIssez la valeur des larmes. Elles ont du prix aux yeux de Dieu qui les recueille
dans son outre.

Alain Salvador
Membre
5 février 2021 13 h 16 min

Chaque mot de votre poème est une perle
Chaque ver est un collier de larmes de nacre
Et votre poème est un écrin….
Merci mon Amie

Christian Satgé
Membre
5 février 2021 12 h 59 min

Un bien joli texte. Merci pour ce partage…

Jean-Marie Audrain
Modérateur
5 février 2021 11 h 57 min

Une belle fluidité se répendant sur le coeur du poète lecteur.