Questions et réponses, en hommage à Socrate – Roger Donners

J’aime ces mots « ça qu’est-ce que sait ? (savoir) » Primarité du langage enfantin, merveille que cela, ne connaissant aucune réponse, mais connaissant toutes les questions du monde, ou l’adulte réponds « qu’est-ce que sait que ça quoi ? », car bien sûr, seulement le développement et l’affinement du questionnement importe !

Souvent réponses insuffisantes est données, fréquemment incomplète, relative, temporaire, sectaire, dogmatique, complexe, ambiguë souvent avec des guillemets fermants de point à la ligne, de préjuger, de mauvaise foi, d’idée préconçue, de tabou culturel, avec suffisance de point de vue, déni et non-dit, borner, campant sur ses positions, étroitesse d’esprit, parti pris, incapacité à partager, ignorance, superstition, obscurantisme, faux mage mais vrai escroc, sentiment trompeur, fausse impression, mensonge envers les autres, et surtout envers soit même.

L’existence d’un réel évanescent, relationnelle, comportant des informations furtives et complexes, demandant une vive attention et intention de découvrir comme un petit enfant s’écarquillant de tout son être devant tant de merveilles !

L’intuition du cuisinier créant une nouvelle recette, sensation du marcheur, pied nu dans l’herbe fraîche, l’émotion du petit joueur de flûte, l’imagination du peintre devant sa toile blanche, notion nouvelle en thermodynamique offrant de riche application, conception d’une nouvelle architecture navale, abstraction du physicien devant son tableau noir, généralisation de sept années de médecine et autant de pratique devant un malade, passion pour les nombres premiers et devenant l’un des plus grand mathématicien, illumination du sage méditant sous un figuier.

Tous ont un point commun, tous ont commencé par

Et ça que ce que sait

 

https://www.facebook.com/Cueilleur.de.mots/

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

0 vue
Roger Donners

Roger Donners (15)

Je ne suis ni poète, ni écrivain, mais simplement un cueilleur de mots, la chose est simple, je me promène dans les méandres de ma tête, les chemins y sont nombreux, je commence toujours par l’allée principale, celles des majuscules, magnifiques, somptueuse allée, un peu plus loin un tout petit sentier, ponctuations, très riches, pleines de tout, virgule, point-virgule, tous les points imaginables, trémas, etc.… Etc.…, même ceux que je ne connaissais pas sont là, en bouquet, plein de couleurs et de parfums, il suffit de les cueillir.
Déjà à l’école buissonnière, j’étais premier de classe, les chemins de travers, ça me connaît, près du bois dans ma tête il y a un beau grand chemin les noms communs, toujours très fleuri, très parfumé, avec beaucoup de couleurs et de senteurs, je les copie du regard, puis les colles sur un support, pour que vous puissiez les lire, mais d'abord y mettre du sens, dans le bon sens, c'est sensé, après il faut bien brasser, après un temps de repos, les phrases se déposent et forment un texte, suivant les vents, le soleil, et la pluie, brefs les textes y sont variables, un peu comme la météo. Voilà, après cette présentation, je vous invite sur ma page, pour les partager avec vous, J'y ai collé 14 petits textes.
https://www.facebook.com/Cueilleur.de.mots/

S'abonner
Me notifier pour :
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires