Pensées pour l’absente – Arnaud Mattei

DO, comme la douleur de mes maux,

Tout au long de mes joues coulant

DO, comme la douceur de tes mots,

Qui apaisaient angoisses et tourments.

 

RÉ, comme la révolte de chaque soir,

Qui prend la couleur sombre du vilain

RÉ, comme le réconfort de ton regard,

De mon cœur chassant tous les chagrins.

 

MI, comme l’étrange puissance de ce lien,

Qui au-delà de la mort nous réunit

MI, comme le miracle de tes mains,

Que tu me tends de là-haut, du paradis.

 

FA, comme la fatalité de notre malheur,

Par l’absence d’un père trop tôt parti

FA, comme les fastes de notre bonheur,

Qui me manque cruellement aujourd’hui.

 

SOL, comme la solitude de mes souvenirs,

Qui d’une douce nostalgie m’envahissent

SOL, comme le soleil de tes rares sourires,

Merci la vie pour cette chaleur salvatrice.

 

LA comme cette lame qui me transperce,

Martyrisant sans relâche mon âme

LA comme ces lauriers que je te tresse,

A toi maman, ma fragile et si forte dame.

 

SI, comme le silence de regrets inavoués,

De remords mes mots tendres se teintent

SI, comme le sillon d’hier par toi tracé,

Que de mes pas modestement j’emprunte.

 

DO, comme chaque dose de ton amour,

Que tu m’as inlassablement prodigué

DO, comme le don de l’éternel toujours,

Au plus profond de moi à jamais gravé

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

10 vues
Arnaud Mattei

Arnaud Mattei (80)

Les poèmes sont cent, ils sont mille, ils sont uniques. Ils sont de toutes les cultures, de toutes les civilisations. Ils sont odes, ils sont sonnets, ils sont ballades. Ils sont vers, ils sont rimes, ils sont proses. Ils sont le moi, ils sont l’émoi. Ils chantent l’amour, ils disent nos peines, ils décrivent nos joies. Ils ont la force de nos certitudes, ils accompagnent nos doutes. Ils sont ceux de l’enfance, ils traversent le temps, car ils sont le temps. Ils ont la pudeur de la plume, la force d’un battement d’ailes. Ils sont ceux qui restent, ils prennent la couleur de l’encre sur le papier, sombres clairs, multicolores.
Alors ces quelques mots pour la souffrance de les écrire, pour le bonheur de les dire, pour la joie de les partager.
Des quelques poésies de mon adolescence retrouvées dans un cahier aux pages jaunies, d’un diplôme jadis gagné à un concours à mes presque soixante ans, il se sera passé un long moment de silence, une absence que le vide du temps ne saurait combler. Je crois avoir fait de ma vie, une vie simple et belle avec ceux que j’aime. Pendant ces quelques décennies, les mots sont restés au plus profond de moi.
Aurai-je la force de les dire, saurai-je être persévérant pour les écrire ? Et vous, les écouterez-vous ? Peut-être aujourd’hui, peut-être demain, peut-être maintenant, qui sait….

S'abonner
Me notifier pour :
guest
2 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Plume de Poète
Administrateur
21 décembre 2020 10 h 33 min

Merci pour cette belle introduction poétique Arnaud !
N’oubliez pas d’ajouter votre présentation auteur ou biographie sur votre profil afin que les membres, visiteurs et lecteurs puissent mieux vous apprécier.
Cette présentation s’affichera sous tous les textes que vous publiez sur le site dans la fenêtre de présentation de l’auteur.
Au plaisir de vus lire à nouveau !
Alain