Pays sage – Christian Satgé

Au dormant de ce fleuve, il me souvient
D’un pays où plus jamais je ne viens,
Toute la poussière de mes rêves
Anciens, las, y collent à ma peau,
Elle donne à ce lieu toute sa sève.
Ce matin j’y porte mes pas, crapaud,
Pour y passer quelques minutes brèves,
Les souvenirs soudés aux souliers,
Pour ôter quelques grains au sablier.

 

On trouve là un village écrasé
De chaleur, des jalousies à croisées
Et des persiennes, paupières
Mi-closes sur des façades chaulées,
Comme si dans la fournaise, pierres
Et longs murs s’étaient fondus, enrôlés
De concert pour, l’âme pure et fière,
La repousser au ciel toujours bleu,
D’un bleu brûlant, azur miraculeux.

 

Des éclats d’ombre, en grains de grenat,
Tiédissent l’éclat tout incarnat
Des géraniums tombants qui sommeillent
Dans des patios faits pour héberger
Des grenadiers aux verts qui réveillent,
Des orangers arrangés en rangées
Dessous des draps tendus, dessous des treilles
De vigne aux grappes pendues et charnues
Appelant la main de qui est venu.

 

Dans des rues tout aveuglées de clarté,
Des fontaines attiédies où, bonté
Divine, le reflet des fleurs invite
Pensers et songes à arrêter le temps.
Des vieux obséquieux cueillent vite,
Des feuilles à l’agonie depuis longtemps
Une femme affligée, forme en fuite,
Blessée, passe et refuse d’être vue
Lassée d’espérances, mise au rebut,…

 

Le fil du temps passé au chas, ici,
Des aiguilles d’horloge en sursis
Ne cousent que des repos, des silences,
Au pas d’un sombre curé marmonnant,
De grenouilles en deuil au cuir rance,
Bigotes marmottant et sermonnant.
Pourtant partout il n’est, sans éloquence,
Que portes ouvertes et clefs au clou
Et au cou du clou quelques poils de loup.

 

Le vent furtif, en scie se fait soupir.
Nul ne va, d’un pas hâtif, se tapir
Dans le grand secret de sa chaumière,
Au calme frais de son passé, muet
Sur l’avenir : les us coutumières
Veulent parole rare et mot fluet
Lapés à des lampées de lumière.
M’endormant près du fleuve, il me revient
Ce pays d’où mon nom, dit-on, vient…

 

© Christian Satgé – septembre 2016

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

29 vues
Christian Satgé

Christian Satgé (834)

Obsédé textuel & rimeur solidaire, (af)fabuliste à césure… voire plus tard, je rêve de donner du sens aux sons comme des sons aux sens. « Méchant écriveur de lignes inégales », je stance, en effet et pour toute cause, à tout propos, essayant de trouver un équilibre entre "le beau", "le bon" et "le bien", en attendant la cata'strophe finale. Plus "humeuriste" qu'humoriste, pas vraiment poétiquement correct, j'ai vu le jour dans la « ville rosse » deux ans avant que Cl. Nougaro ne l'(en)chante. Après avoir roulé ma bosse plus que carrosse, je vis caché dans ce muscle frontalier de bien des lieux que l'on nomme Pyrénées où l'on ne trouve pire aîné que montagnard.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
12 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Béatrice Montagnac
Membre
23 février 2019 21 h 39 min

Un sublime écrit
Un paysage que j’imagine pas si sage
Au senteurs uniques que seul un doux vent caresse
Que votre belle plume nous conte avec adresse
C’est un grand plaisir de vous lire à chaque passage

Douce soirée bises amitiés
Béa

Anne Cailloux
Membre
23 février 2019 17 h 59 min

Magnifique écrit, vous devriez œuvrer plus souvent dans ce sens
c’est magnifique vraiment. Quelle est ce lieu? si je peux me permettre.
On y retrouve certaines choses qu’on a vu ailleurs .
Bravo Christian on en redemande..
Anne

Philippe X
Membre
22 février 2019 23 h 08 min

Vos mots ont les odeurs des époques passées, on pourrait y trouver souvenirs, poussières et eaux de lavande des anciens….pourtant dérangées par un petit vent, des senteurs d’actualité en souvenir de votre présence ont été ravivées.Merci

Laurence de Koninck
Membre
22 février 2019 19 h 32 min

Que c’est beau et si agréable à lire. Merci et bravo Christian!

Bernadette Laroze
Membre
22 février 2019 17 h 11 min

J’adore ce texte.

Invité
22 février 2019 14 h 55 min

Juste magnifique, merci Christian, vous m’avez fait voyager, c’est très beau.