Ode à Baudelaire – Anne Cailloux

Monsieur je vous ai dévoré un soir

sous un crépuscule couleur fauve

Les effluves de vos fleurs du mal

ont imbibé mes sens littéraires.

 

J‘ai lapé vos mots jusqu’à la moelle

mes yeux se sont embrumés de chimère

et de larmes de couleur pourpre

 

 

Sur votre tombe je me suis vautrée

au milieu d’une partouze de pots pourris

rendant hommage aux fleurs du mal

que vous avez mangé par la racine

 

Aujourd’hui je vous invite

à vous glisser dans mes nuits

dans des débauches de plaisirs

vous offrant des spleens clandestins 

vous dédiant mes mots que je vomis

au milieu de mes tripes qui s’exposent à ciel ouvert

dans lesquelles se noient mes envies

3 soupirs et 2 doigts de whisky éventé

lapés par quelques chiens en manque d’humanités.

 

Venez vous glisser aux creux de mes nuitées

venez m’offrir votre empyrée de perversion,

venez m’attacher au pied de votre lit

m’offrir le fruit de vos chairs, abandonner la fleur de votre mâle.

votre main qui ne ment pas

se posera sur ma douce lèvre amoureuse.

 

Pourvoyeur au regard fer

Il se dit dans l’empyrée

que vos prunelles sibyllines traînent de ci de là

sur des saintes décrépites d’amour

que vos mots occupent l’esprit de tous les dieux

qui ferment les yeux sur vos soirées de ripaille.

 

Des ombres nocturnes bercent votre âme

dans des odeurs de résine de rose et de firmament

Un jour votre éternité croisera mes nuits

dans un spleen d’enfer.

 

Anne Cailloux

5 1 vote
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

129 vues
Anne Cailloux

Anne Cailloux (304)

Depuis ma naissance, je fus autodidacte et trop rêveuse.
Spécialiste dans l'art thérapie et les maladies neurodégénératives, j’essaie de retenir le temps des autres et du mien.. Quelques diplômes, une passion pour l'art et les poètes. J'ose dormir avec Baudelaire.
Je suis une obsédée textuelle . Je peins, je crée et maintenant j’écris. Je remets cent fois mon ouvrage pour me corriger. De quinze fautes par lignes je suis passée à quinze lignes pour une faute... Deux livres en préparation et peut-être un recueil de poèmes, si Dieu veut.Anne

Je suis une junky des mots..

S'abonner
Me notifier pour :
guest
32 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Arnaud Mattei
Membre
21 mars 2021 18 h 04 min

Superbe texte, Anne bravo et merci

Philippe DUTAILLY
Membre
21 mars 2021 15 h 37 min

Chère Anne,
Non, votre nom ne devrait pas être cailloux mais pépite. C’est sensuel à souhait

Svyria
Membre
17 avril 2019 8 h 14 min

C’est vraiment magnifique. Digne de Baudelaire dont j’aime particulièrement sa poésie…

Philippe Martineau
Membre
31 mars 2019 11 h 04 min

“fleurs du mal

que vous avez mangées par la racine”

Superbe

Lise Beverly
Membre
25 mars 2019 3 h 56 min

Ne doutez point de vous, cet écrit est simplement sublime et magnifique. Bravo. Lysè

Oasis Art
Membre
24 mars 2019 19 h 12 min

Quelle vie .. parfois je me pose la question de son existence à notre époque
Et me dis qu il fut un ami de truffaud le cinéaste.. .. repli de désarroi
Merci pour votre amour à ce symbole
Appo doit en souffrir ….peut être
Bises
Julie

Béatrice Montagnac
Membre
24 mars 2019 19 h 05 min

Bravo Anne un sublime hommage à Baudelaire qui devrait là haut de son éternité rougir de tes vers que tu lui adresses avec talent
Je te félicite
Douce soirée bises

Christian Satgé
Membre
24 mars 2019 8 h 45 min

Un hommage excellent sur la fond te la forme qui non seulement loue l’auteur qui a révolutionné la poésie mais on sent que cette-dernière imprègne vos vers. Et cela, c’est un tour de force enviable… Bravo et merci pour ce partage, Anne.

Philippe X
Membre
24 mars 2019 4 h 41 min

“Longtemps, longtemps, longtemps après que le poète ait disparu,
Anne nous assure qu’en Amour il ne l’a pas déçue,
Un jour peut être dans tous ses émois elle nous chantera cet air pour oublier son chagrin,.
Car en Amour vous le savez bien,
Parfois on change un mot, une phrase et quand l’amour a disparu
Et s’est envolé, on fait On fait la la la la la lé  La la la la la lé…….  D’après un autre CHARLES
Funeste erreur que de constater que le poète lui préféra le vin.

Avec toute l’admiration que je porte à vos compositions.

Aldrick M
Membre
24 mars 2019 0 h 52 min

Je devine la poésie de laquelle Baudelaire vous répondrez.
Quelles images. On le jalouserai presque !
Bonne soirée
Aldrick

O Delloly
Membre
23 mars 2019 23 h 24 min

superbe envolée de mots. Je l’imagine rougir de vos mots déshabillés chère Anne
merci
O