Mémoires d’un banc – Liliane Richard

             

Cela fait déjà bien des années,

Que je trône dans cette allée,

Au milieu d’un jardin public,

Sous un vieil arbre narcissique,

Dont les grandes branches tordues,

Se mirent dans les eaux nues,

D’un petit étang vaseux,

Ou glissent des cygnes silencieux.

C’est sur mon assise cossue,

Que certains passants perdus,

Me livrent pour un instant, une nuit,

Les secrètes tribulations de leur vie.

 

Voilà Jeanne,la vieille dame souriante,

Qui de ses petites mains tremblantes,

Distribue à quelques pigeons affamés,

Des miettes de pain soigneusement découpées.

Puis, une fois sa besogne achevée,

Le regard vague, sa pensée soudain envolée

 S’accroche inlassablement, au souvenir lancinant

De l’amour brûlant de ses seize ans,

De ses tout premiers émois,

Dans les bras d’un jeune soldat,

Que la guerre lui a brusquement ravi,

Laissant son coeur à jamais meurtri.

 

Parfois, plus tard dans la soirée,

Deux amoureux tendrement enlacés,

Viennent s’asseoir, pour échanger leurs doux baisers,

Me laissant partager leurs paroles enflammées.

 

Et lorsque le soir tombe enfin,

Une bouteille de mauvais vin à la main,

Jonathan, que le destin a brisé,

Vient étendre son long corps abîmé,

Par les longues journées d’errance,

Remplies de bière, de désespoir, et de violence.

Et dans le silence noir et glacé,

Je sens souvent sa chair trembler,

Et ses larmes d’enfant blessé,

Qu’un sordide foyer, a abandonné.

 

Je ne suis qu’un banc, il est vrai,

Mais le vieux bois dont je suis fait,

Garde en mémoire les émotions intenses,

Des lourds secrets de l’existence.

Alors, si vous passez dans ce jardin

Si votre âme ne va pas bien,

Venez déposer pour un moment,

Votre fardeau sur un banc.

 

                                                                                                  

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

109 vues
S'abonner
Me notifier pour :
guest
1 Commentaire
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Christian Satgé
Membre
25 janvier 2019 6 h 20 min

Voilà un beau témoignage qui ne laisse pas de bois. Bravo et merci pour ce partage…