Le miroir – Olivier Werbrouck

Le miroir,

 

O brisez ce miroir, il m’est las de me voir

De jadis à naguère, un spleen à l’humeur noire

Errait tel un fantôme, au fond des souvenirs

Comme un chant cruel, il ne peut me rajeunir.

Mortel destin m’est réservé, je hais la mort

La camarde veut, me fait croire à l’oxymore

La clarté de l’ombre, la vie dans le néant

Mensonge en vérité, la fin, un trou béant.

Je suis condamné, tel Sysiphe, à supporter

A porter, le poids des ans, comment apporter

A mon lointain passé, les fleurs de la jeunesse

L’éclat délicat, reliquat de ma noblesse.

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

43 vues
S'abonner
Me notifier pour :
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires