La limace & la divine face – Christian Satgé

Petite fable affable

 

L’automne de ses envies, las, s’avançait ;
Limace, fort lassée de se traînasser,
Comme ses sœurs suantes qui bavassaient
Et passaient, sans mi repasser, l’agaçaient,
Perdant patience hélas cria « Assez ! ».
Sa voix pourtant menue les nues a percé
Et l’oreille du Très Haut un peu froissé :
Dans une flaque où elle se bassinait,
Il lui apparut, la barbe pleine de versets :
« Boudin boudeur peux-tu cesser tes excès
Ou voudrais-tu souffrir un de Mes accès
De colère, Larve lovée des fossés ?

 

Je n’en puis plus de ramper comme un basset
Quand le chaud me rend moins grosse qu’un lacet !

 

– Ne vis-tu pas sur un grand pied à la pluie ?

 

– Mais je suis dans mes petits souliers quand fuit
L’ondée : c’est pas le pied… et sans balancer ! »

 

Dieu, bon, la fit “salamandre” en un essai ;
L’Homme, qui en eut peur, hâta son décès.

 

Avant de solliciter d’autrui l’appui,
Il faudrait être instruit des risques induits
De tous fruits que produit un geste gratuit…

 

© Christian Satgé – mai 2015

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

24 vues
Christian Satgé

Christian Satgé (834)

Obsédé textuel & rimeur solidaire, (af)fabuliste à césure… voire plus tard, je rêve de donner du sens aux sons comme des sons aux sens. « Méchant écriveur de lignes inégales », je stance, en effet et pour toute cause, à tout propos, essayant de trouver un équilibre entre "le beau", "le bon" et "le bien", en attendant la cata'strophe finale. Plus "humeuriste" qu'humoriste, pas vraiment poétiquement correct, j'ai vu le jour dans la « ville rosse » deux ans avant que Cl. Nougaro ne l'(en)chante. Après avoir roulé ma bosse plus que carrosse, je vis caché dans ce muscle frontalier de bien des lieux que l'on nomme Pyrénées où l'on ne trouve pire aîné que montagnard.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
7 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Simone Gibert
Membre
11 décembre 2018 12 h 20 min

Cette pauvre limace, ayant une toute petite tête, avait un cerveau en conséquence. Il aurait fallu qu’elle se contente de son état, pauvre baveuse ! Merci pour ce texte qui nous projette dans votre monde d’écriture.

Anne Cailloux
Membre
10 décembre 2018 19 h 38 min

A médité vraiment avant de foncer a bave raccourci …
Bravo pour vos écrits que j’adore..
Anne

Fattoum Abidi
Membre
10 décembre 2018 11 h 54 min

Bonjour Christian j’ai adoré vos magiques mots superbement tissés avec les fibres de votre muse captivante
Agréable journée
Mes amitiés
Fattoum.