La Douleur – Colette Guinard

La douleur

Avec ce virus qui nous accable
On ressent le besoin
D’accomplir des évènements
Formidables envers tout humain
De venir en aide à notre prochain
En partageant tous ses tourments

Provoqués par ce virus malsain
Le réconforter comme il se doit
Sinon sa santé se glisse
Dans ce trou béant
Tel un puits sans fond ,il se noie
Semblable à cet enfer

Il va rejoindre trop tôt l’univers
Qu’on nous prédit
Quand à nos parents
Nous avons menti
Pourtant innocemment ma fois
Déjà lorsque tout petit

Ce mensonge qui par malice
S’enlise dans nos lendemains
Maintenant devenus parents
A notre tour d’éloigner nos enfants
De ce virus covid malfaisant
En leur indiquant c’est certain

Qu’ils doivent nous écouter
Suivre nos conseils justifiés
Quand malheureusement
Autour de nous des amis périssent
Emportés comme un feu de paille
Engloutis quittant la vie
Alors qu’éloignés de tout caprice
Si jeunes encore ils livraient bataille
Ils avaient tout à attendre de celle-ci
Je vous en prie vous qui lirez ceci
Prenez soin de vous et les conseils à écouter

Texte de Colette Guinard

5 1 vote
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

11 vues
Colette Guinard

Colette Guinard (430)

Je suis marié à Jean depuis 63 ans ,nous nous sommes connus gamins 14 et 17 ans , nous nous aimons d’un amour idyllique qui a enrichi ma vie et m’a donné des ailes ,de l’inspiration pour la peinture,la sculpture, la poésie , je suis en fauteuil roulant depuis treize ans après un A V C !
Actuellement je vis dans un résidence seniors afin d’être proche de mon époux qui est en face dans un ehpad en fauteuil roulant lui aussi ayant fait un très grave A V C il a perdu toute son autonomie mais garde intact son intellect ce qui nous permet de vivre notre complicité !

Nos quatre enfants nous ont donné une grande famille Jean et moi attendons ensembles le bout du chemin main dans la main, rien ne vaut la vie elle mérite d’être vécue

S'abonner
Me notifier pour :
guest
2 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Gilles Lafleurquirime
Membre
8 novembre 2020 8 h 13 min

Un complément du Covid n’oublions point les gestes barrière.

Alain Salvador
Membre
8 novembre 2020 0 h 09 min

Tout est dit, merci Colette.

Et si Noël pourrait se fêter au 14 juillet…Les feux d’artifices seraient les étoiles du ciel de Bethléem.

Si le premier de l’an Chinois se fêtait à la mi août, quelle importance, les dragons ne sont-ils pas des espèces de gros chats!!!

C’est l’intelligence de tous les humains luttant ensemble qui viendra à bout de cette immonde saloperie, du chercheur dans son laboratoire à le femme de ménage dans les locaux à désinfecter.