En longeant la palissade – Martyne Dubau

composition pour l’atelier avec l’image A

 

 

C’est en longeant cette barrière
Que ta main a saisi mon bras
J’étais encore une écolière
Toi, brillant lycéen déjà

Au dessus de la palissade
Mon cartable par toi lancé
Fut le motif de l’ escalade
C’est là que tout a commencé

Tu me fis sauter la barrière
Et ma robe se déchira
Une flamme particulière
Dans tes prunelles s’alluma

Et la douceur de ton sourire
Fit fondre mon âme et mon cœur
Tu t’agitais dans un délire
De mots, de gestes, de couleurs

Cueillant des fleurs et des feuillages
Transformés en vert matelas
Tes yeux m’adressaient un message :
« N’aies pas peur et viens t’asseoir là »

Sur la verdeur de cette couche
Contre toi, tremblante d’émoi ,
Tu m’offris le chaud de ta bouche,
Plus rien n’existait à part toi !

Toi que j’aimais depuis l’enfance
Dans la tendre complicité
De nos années de connivence
Sans la moindre rivalité

C’est derrière la palissade
Que notre amour s’est éveillé
Je le lisais sur ton visage
Ce sentiment émerveillé !

Nous sommes pourtant restés sages
Premier échange de douceur
L’ amour nous montrait le passage
Le chemin bleu vers le bonheur

Dans nos cœurs ni le temps ni l’âge
N’ont fait vaciller cet amour
Il résiste à tous les orages
Il dit « toujours » dans son discours

C’était de tes yeux la promesse
Ce jour là dans tous nos baisers
Serment confirmé de tendresse
Dans nos rêves réalisés

 

 

Martyne Dubau  le 2 janvier 2022

5 2 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

38 vues
Martyne Dubau

Martyne Dubau (67)

Je suis née à Bordeaux et je vis toujours dans ma Nouvelle et belle Aquitaine depuis ce jour là..
J'écris pour ne pas mourir, comme le chantait Anne Sylvestre .
Pour exister par mes mots, laisser une trace ; pour oublier aussi les difficultés de mon quotidien car la maladie est dans ma vie depuis plus de vingt ans ; elle me fait trembler, souffrir, pleurer, pour la supporter j'ai retrouvé le gout pour l'écriture et le dessin , laissé de côté pour la vie de famille;
j'écris mes maux avec mes motsje dessine sur mes silences , je les habille de couleurs, les déguise de fantaisie, en un mot ma philosophie est « bleutitude » !
Le bleu est ma couleur et le papillon mon animal totem !
J'aime les vers classiques et la prosodie dont j'ai commencé l'apprentissage en 2008 avec passion et assiduité , mon écriture est donc classique mais j'aime aussi le libre et la prose, je m'amuse à tenter les différentes formes de poésie. J'ai participé à de nombreux concours internationaux et obtenus plusieurs premiers prix
Je suis directe et franche dans mes ressentis, ne vous en offusquez pas ; ils sont parfois un peu trop «  brut de pomme »comme on dit, mais mon cœur n'est que gentillesse et partage, j'aime aider et conseiller je n'y peux rien , je suis comme ça !
Tant que la maladie me le permet , je poursuis mon apprentissage et je transmet mon petit savoir , le partage est un plaisir qu'il ne faut pas se refuser .
Vous pouvez découvrir avec ce lien quelques uns de mes mots et de mes dessins et peintures
https://short-edition.com/fr/auteur/martyne-dubau

S'abonner
Me notifier pour :
guest
5 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Pierre CLERMONT
Membre
3 janvier 2022 17 h 26 min

Il y a ainsi des souvenirs qu’on ne peut oublier ou qu’on ne veut pas oublier tant ils sont doux à revivre !!! Et là, ils sont si joliment versifiés qu’il aurait été domage que tu ne nous les fasses pas partager !!! Merci.

Philippe DUTAILLY
Membre
3 janvier 2022 16 h 45 min

On peut détourner la chanson de Brassens: Il est le dernier que l’on oubliera, le premier amour qu’on a pris dans ses bras…..

Alain Salvador
Membre
2 janvier 2022 22 h 08 min

le sixième visiteur ne sera pas silencieux

Une première embrassade
Derrière la palissade
Là où tout a commencé
Là où un amour est né

Tu nous as décrit là de bien belles images du passé

Dernière publication 23 Jours Texte commenté il y a par Alain Salvador