Confinement – Hervé Outil

Confinement

Perdu dans les méandres de ma solitude,

Confiné, exténué, perturbé, décalé,

Je m’en vais, à même, le vent, dans les servitudes,

Les dédales de mon douze mètres carré.

J’écoute la pluie tomber au fin fond des combles

A la lisière de mon plafond décrépi.

Il suinte se décolle et tombera aussi

A l’orée de mes murs et cloisons qui succombent.

Même le lustre me permet de trépasser.

Je n’ai plus rien à manger, rien de plus à boire.

Ce virus que le monde redoutait m’a tué,

Et j’attends à présent la fin de mes déboires.

3.8 5 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

11 vues
Hervé Outil

Hervé Outil (24)

Né à Plancoët en Bretagne le 30 décembre 1960, Hervé Outil a obtenu une maîtrise de sociologie mention anthropologie, à l’université Paris 8.
D’abord postier au centre de tri de la gare Saint-Lazare pendant huit années, il devient ensuite instituteur puis professeur des écoles en Seine-Saint-Denis durant quinze ans. Il enseigne aujourd’hui et depuis dix ans, au Moule, en Guadeloupe.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
6 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Jean-Marie Audrain
Modérateur
23 novembre 2020 17 h 52 min

Je t’ai lu avec compassion mon ami Hervé. Ce poème est un véritable manifeste devant encourager les restos du coeur à oeuvrer en mode Clique et livre. Bien triste de n’avoir plus que tes vers à te mettre sous l’Adam. Je suis sûr que les modérateurs vont se concerter et se cotiser pour t’envoyer un kebab et une canette en pièce jointe.

Lucienne Maville-Anku
Membre
23 novembre 2020 7 h 18 min

Le confinement nourrit de beaux vers

Et votre poème fluide en est… un déchargement.
Merci pour ce généreux partage.

Gilles Lafleurquirime
Membre
22 novembre 2020 23 h 05 min

ce n’est que la deuxièmes vague risque une troisième .

joli déambule