Aux amoureux – Nabil Voyelle

Elle s’entendait rire en lui
ce curieux garçon qui lui sourit!
Frémit au fond du puit
la part d’enfance endormie
Ils enlacent tendrement
leurs attentes qui s’enfuient
s’élèvent et les magnifient
en ce cœur qui les réunit
plus qu’un rêve, une envie.

Le bris des faux serments
des partis pris les délit
les libère d’un trop appris
Se lève l’audace, leurs cris
la force de leur soif de vie.

S’esquisse le gracile mouvement
de pétales qui se délient
la porte de l’éternité qui brille
s’ouvre dans une clé de mi.

Incarné dans le temps d’une vie
sourit le sentiment d’aimer
dans un chant d’éternité!

 

©

4.1 7 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

31 vues
Les Fleurs de Vent

Les Fleurs de Vent (11)

De la vanité comme une brise d'été, de l'égo comme une tornade endimanchée, de l'amour comme un torrent de montagne non domestiqué, le doute de l'imposteur qui s'invite encore parfois à diner, quelques vers de terre et d'eau les deux mélangés qu'importe le flacon quand peuvent surgir quelques joyeuses étincelles! Vivre et aimer malgré les chutes et les erreurs, jamais n'y renoncez car c'est la seule chose qui nous fait nous sentir véritablement exister!

S'abonner
Me notifier pour :
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires