Alep – Zahia Eliker

 

enfant rescape

 

 ALEP

 

Alep noyée sous les bombes

Il  n’y a plus de familles, ni une vie
toute la ville est effondrée

Sous le bleve, on marche encore

 

Voir un enfant rescapé pleurer
à coté du mur écroulé
voir la poupée éventrée

Sous le bleve, on marche encore

 

Deux vieillards assis se plongent dans le passé
se racontent le temps d’antan
le printemps de la vie sentit le parfum  des fleurs

Le rire et les chants d’un peuple vivant

 

                                            Voir la ville écrasée, un enfant rescapé pleurer

À coté du mur écroulé

Voir la poupée éventrée
Tout ce manque de rire et des chants, on marche malgré

 

                                                  Ni remords ni regrets les infidèles exhibés

                                                                   la puissance les a aidée

Voir un enfant rescapé pleurer

Voir la poupée éventrée.

 

L’enfer s’est abattu sur Alep
l’impuissance humanitaire m’effraie
déchu
Voir un enfant rescapé pleurer

 

Droits d’auteur réservés

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

34 vues
Zahia Eliker

Zahia Eliker (12)

Ingénieur d’état en bureau d’études en construction mécanique, j’ai parcouru une longue expérience professionnelle chargée des études et assistante de recherche dans les travaux normatifs.
J’ai rencontré dans la vie du travail, ses avantages et ses inconvénients et notamment devant l’inégalité, beaucoup de pression et une peur de perdre le travail.
Je rends hommage à mon mari qui m’a aidé à concilier le travail et notre vie familiale.
Je pratique de la natation. En retraite depuis quelques années, j’ai décidé de reprendre ma passion à
la littérature française, de faire connaître mes ouvrages et de rencontrer des gens avec la même passion dans l’âme. Mais aussi pour me soutenir à élargir mes connaissances et de les partager.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
1 Commentaire
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Laurelise Chalzib
Membre
3 décembre 2016 22 h 38 min

Continuez d’écrire pour que la barbarie ne gagne pas ! Chaque mot, chaque indignation , chaque poème est un pas vers ce qui élève . C’est une honte que les nations laissent tomber ce pays ! Un scandale !