Mon autre grand-mère – Bernadette Laroze

De vraies grands-mères je navais pas

Deux donc, sont venues vers moi

L’une appartenait à l’enfance

Et l’autre à l’adolescence.

Durant les vacances

Ma grand-mère de l’adolescence

Me prêtait des livres usagés

Dont nous partagions les sujets

Elle prodiguait des conseils ça et là

Que nous n’écoutions pas

Elle apaisait nos pensées

Et calmait nos anxiétés.

 

Les soirs d’été je les suivais

Tandis qu’elles bavardaient

Allant à la ferme lentement

Acheter notre lait tout blanc.

 

Les froids jours d’hiver

Chez la grand-mère

Geneviève et moi papotaient

Et sur la cuisinière la soupe fumait.

 

Et puis un jour grand-mère est partie

Doucement sans faire de bruit

Mon  adolescence se terminait

Et elle s’en allait.

 

Je l’ai oubliée longtemps

Mais elle revient la vie aidant

Et sortie du tiroir de ma mémoire

Dans ma vie me donner espoir.

 

©B Laroze

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

38 vues
Bernadette Laroze

Bernadette Laroze (92)

Je suis née en Bourgogne.

Mon mari, mon fils et moi sommes partis au Canada où nous sommes restés un peu plus de trois ans. Nous avons
vécu dans un petit village minier au nord de la Province de Québec et ensuite nous sommes allés à Montréal puis Toronto.

Nous avons ensuite émigré aux États-Unis à Fort Lauderdale en Floride où nous nous sommes ancrés à vie. Mon deuxième fils est né en Floride.
J’ai fait de nombreux voyages en France, et tout a cessé
lorsque mes parents sont décédés.

Merci de me lire.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
4 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Simone Gibert
Membre
13 janvier 2019 13 h 26 min

Joli poème, beaucoup de sentiment. Merci pour cette douce lecture.

Laurence de Koninck
Membre
12 janvier 2019 15 h 11 min

Bel hommage à deux piliers qui contribuent à nous faire grandir. Les grands-parents et leur sagesse nous marquent à jamais. Enfant, on n’en a pas toujours conscience. Merci Bernadette de nous le rappeler avec vos mots bien choisis.