Mensonges oubliés – Laurelise Chalzib

Mensonges oubliés          Laurelise Chalzib

Il y aurait une fois

Où les songes qui mentent

Tels des lettres de plomb

Alourdiraient les pages de goudron

Celles qui ressemblent aux livres de Kiefer

Immense bibliothèque de la honte, de la culpabilité

Feuilles épaisses, transmission d’un silence écrasant.

Il y aurait une fois cependant où

Ce feuilletage de fables protectrices

Serait le trésor de celui qui les crée

Disparaîtraient alors

Les récits qui s’épluchent et se perdent

Demeureraient l’impensable, l’inouï,  l’invraisemblable

Mais qu’importe

Celui qui ment dit la vérité

Tout est pardonné……..

Ce maillage parfois en spirale, maquillage des faits

Soupçonnable de ratifications concrètes et constantes

Autorise mille associations

Mille-feuilles gourmand de mots amoncelés.

Marquer le manque par le masque

Ces fragments de Réel, inviolables

Appartiennent au conteur

Conteur qui suture, recoud ses plaies en les hissant

Haut, là-haut  vers le firmament

Qu’importe le voile incantatoire

Seule la voix porte les songes, les mensonges

Éloge du mythe, de sa danse métamorphosante

Paroles, paroles qui volent en paraboles

Inversons les dires.  Scène de l’envers

Scripta volant, verba manent……..

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

29 vues
S'abonner
Me notifier pour :
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires