Le rat de ville au champs – Christian SATGÉ

Petite fable affable d’après Jean de La Fontaine
Le rat de ville et le rat des champs (Fables, I, 9)

Apeuré, un rat de ville
S’invita au gré des champs,
D’une façon peu civile,
Pour y vivre en nonchalant.

Un mal courait le pays,
Contaminant ses amis,
Donc pour préserver sa vie
Il fuyait l’épidémie…

Avec des airs de nonnette
Fautive, il rompait son pain
Mais faisait pourtant la fête
Et menait, au soir, grand train.

Campagnes sont sépulcrales :
Tout tourne vite à l’ennui
Au sein de contrées rurales
Où, en sot, on dort la nuit.

Pourtant il se met à rire :
Quand reproches, bientôt,
Pleuvent et, lors, il ose dire
« Je paie mon pot et mon rôt ;
Vous me devez, chers rustiques,
Le vôtre… Et je suis chez moi.
Fi des griefs et des piques,
Des puérils émois ! »

Ainsi qui s’est, fors l’usage,
Confiné fut, à loisir,
Infecté et, sans rosir,…
Contamina le village.

© Christian Satgé – avril 2021

4 1 vote
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

5 vues
Christian Satgé

Christian Satgé (834)

Obsédé textuel & rimeur solidaire, (af)fabuliste à césure… voire plus tard, je rêve de donner du sens aux sons comme des sons aux sens. « Méchant écriveur de lignes inégales », je stance, en effet et pour toute cause, à tout propos, essayant de trouver un équilibre entre "le beau", "le bon" et "le bien", en attendant la cata'strophe finale. Plus "humeuriste" qu'humoriste, pas vraiment poétiquement correct, j'ai vu le jour dans la « ville rosse » deux ans avant que Cl. Nougaro ne l'(en)chante. Après avoir roulé ma bosse plus que carrosse, je vis caché dans ce muscle frontalier de bien des lieux que l'on nomme Pyrénées où l'on ne trouve pire aîné que montagnard.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
4 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Pascale Jarmuzynski
Membre
19 avril 2021 8 h 53 min

venir déguster vos fables revisitées avec lucidité et humour est toujours un moment bien agréable … Merci pour vos partages. Belle journée à vous.

Philippe DUTAILLY
Membre
18 avril 2021 13 h 13 min

Et être contaminé par les mots de cette fable