L’annonce d’un printemps – Serge Lapisse

LA BEAUTE

Le monde court
Vers la beauté
Sans jamais la saisir
Qu’un instant furtif.

Ton regard qui se fond
Dans le mien
N’est que le reflet de nos désirs,
Emportés par les forces de la vie.

L’enfant… le visage angélique
Rayonne à la vie,
Le vieillard, la canne à la main,
Frissonne devant la vie.

L’oiseau dans le ciel
Dans sa grâce envoûtante
Nous ouvre des chemins de lumière.
Bien vite, il disparaît à l’horizon

Les vagues nous transportent
Dans l’univers de nos songes
Elle nous rejettent… sur le rivage
Face aux réalités de la vie.

La beauté de la rose
Nous enivre de son parfum
Pour nous laisser orphelins
A la saison des feuilles mortes.

La beauté anime le cœur,
Rend légère l’âme,
Active le corps,
Purifie l’esprit.

La beauté est fugace,
Jamais on ne la garde.
Elle va et vient :
Telle l’anguille…elle glisse.

La beauté, n’est-elle
Que le reflet de nos rêves ?
Nos rêves sont-ils
Les créateurs de la beauté ?

4.7 3 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

8 vues
serge lapisse

serge lapisse (16)

Parcours littéraire de Serge Lapisse

Serge Lapisse, écrivain humaniste, poète, philosophe, docteur en droit, vit à Pessac en Gironde. Il se lance dans l’écriture voilà une trentaine d’années et propose des points de repère nouveaux pour les êtres humains en recherche et en souffrance dans nos sociétés en mutation permanente, souvent ébranlées par le choc des cultures. Il montre les modifications lui paraissant aujourd’hui nécessaires dans les comportements humains pour conduire nos sociétés à franchir les étapes utiles afin que le XXI° siècle soit pour l’homme celui de l’accomplissement dans ses dimensions physiques, mentales et spirituelles. Ses premiers écrits scientifiques et littéraires visaient le monde du travail et son premier ouvrage « La médecine du travail » a été considéré comme un ouvrage de référence par le conseiller technique du ministre du travail de l’époque.
Il est l’auteur de nombreux écrits dans des revues scientifiques, littéraires et poétiques, en France et à l’étranger. Il a fait éditer une quinzaine d’ouvrages, parmi lesquels on peut citer :
Quelques pas dans l’Ere du Verseau (essai), Editions Instant Présent, Paris 1996.
La Vie entre Pétales et Epines (2 recueils de poésie) Editions La Rose de Verre, 2004-2005.
Notre Monde en Mutation (essai) Editions Lacour-Ollé, 2004
L’Appel de la Vie (roman) Editions Lacour, 2006
L'Annonce d'un Printemps (recueil de poésie) Editions Carbonnier-Quilateau, 2012
Croire à Demain (essai) Editions Spinelle, 2020
Dans ce dernier ouvrage, l'auteur montre le nouveau visage des hommes et des femmes et le regard différent qu’ils portent les uns sur les autres. Il traite de la nécessité d’une bonne communication pour une meilleure intégration sociale. Il expose des valeurs nouvelles dont s'imprègnent les hommes souhaitant tourner le regard vers l'avenir et aider à le construire. Il prône l’instauration d’un revenu d’existence et d’une véritable démocratie participative ainsi que d’une écologie moderne, entre autres. Il lui apparaît nécessaire que nous bousculions nos habitudes afin que nos sociétés technologiques deviennent des sociétés de bien-être.
Ses écrits lui ont valu de nombreuses récompenses littéraires dont le Grand Prix international de Wallonie (médaille de platine) pour son œuvre scientifique, la médaille d’or pour la poésie à l’Académie internationale de Lutèce et aussi des grands prix de l’Appel pour ses essais.
En matière philosophique, il a été dit que l’auteur propose 20 ans après Les enfants du Verseau de Marylin Ferguson, « un tour d’horizon approfondi des différentes mutations qui touchent actuellement l’humanité, tant sur le plan des idées que sur ceux des croyances ou des comportements… ». De sa poésie il a été aussi dit Eclats de vie, Eclosion de rêves est un hymne à la vie, un hymne à l’amour, un hymne à la nature, un hymne à lire. » (Thierry Sajat, poète éditeur). « Serge Lapisse, cet enfant du soleil, n’a plus rien à prouver en lettres. A une œuvre humanitaire, scientifique, philosophique ou sociologique, se dédouble le poète exceptionnel d’une grande richesse tant dans le fond comme dans la forme… » (Claude Evrard, président de l’Académie Renée Vivien).

S'abonner
Me notifier pour :
guest
2 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Donald Ghautier
Membre
27 décembre 2020 13 h 09 min

Un poème aux allures de philosophie esthétique; c’est une belle réussite car la poésie transcende le fond. Je ne suis par contre pas fan des points d’interrogation à la fin.
Merci pour le partage.

Alain Salvador
Membre
27 décembre 2020 11 h 57 min

La beauté d’une poésie bien écrite…
Merci