La vieillesse – stefane

Le ciel fâché tournoyait au dessus des tours noyées de vent,
Il accaparait mon esprit torturé, de ses lumières tranchantes,
Comme devant un feu, devant l’âtre mes pensées s’envolaient,
Ridé par la tourmente, j’espérais une vie ni triste ni gaie,
Juste sage et docile, où plus aucun combat ne comptait,
Un ermite accroché à la montagne, devant le bleu de l’océan,
Une coquille sur le dos, comme un escargot né du vent.

 

Stephane

 

 

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

19 vues
Stéphane

Stéphane (74)

54 ans, des idées et des images plein la tête que j'aime partager.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
6 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Bernadette Laroze
Membre
11 février 2019 14 h 28 min

Splendide!

Béatrice Montagnac
Membre
11 février 2019 13 h 42 min

Bonjour Simplement beau cette prose bises

Fattoum Abidi
Membre
11 février 2019 10 h 39 min

Bravo Stéphane très beau et doux texte j’ai adoré ma lecture
Agréable journée
mes amitiés
Fattoum.