Aurore en Provence – Christian Satgé

Des moutons couleur de ciel,
Clairs nuages de laine sale,
Vont d’un pas confidentiel
Passant, dans l’aube provençale,
Sur l’encolure d’un vert pré,
Présents là depuis la vesprée.

Tous les horizons les encerclent
De bruyère et de genêts
Les enclosent sous le couvercle
D’un jour lourd comme des chenets.
Il résonne de leurs sonnailles
En échos frais, clairs et canailles.

Tout est bêlements abêtis
Appelant une aurore prompte
En trémolos assujettis.
Les doigts noueux des arbres comptent
Aux nues, se crispent sur le vent
Court sur l’herbe, la soulevant.

D’un air chaleureux et bonhomme
Il sculpte les troncs efflanqués
Et scarifiés en son royaume,
Et y ouvre, sans y manquer, 
Des yeux horrifiés, vides
Et creux sur écorces livides.

Avidement, les moutons paissent
En paix, sous ces bras décharnés.
La nuit s’efface. Grasse. Épaisse.
La craie du ciel s’est incarnée
Aux couleurs des belles journées.

 

© Christian Satgé – mai 2017

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

9 vues
Christian Satgé

Christian Satgé (834)

Obsédé textuel & rimeur solidaire, (af)fabuliste à césure… voire plus tard, je rêve de donner du sens aux sons comme des sons aux sens. « Méchant écriveur de lignes inégales », je stance, en effet et pour toute cause, à tout propos, essayant de trouver un équilibre entre "le beau", "le bon" et "le bien", en attendant la cata'strophe finale. Plus "humeuriste" qu'humoriste, pas vraiment poétiquement correct, j'ai vu le jour dans la « ville rosse » deux ans avant que Cl. Nougaro ne l'(en)chante. Après avoir roulé ma bosse plus que carrosse, je vis caché dans ce muscle frontalier de bien des lieux que l'on nomme Pyrénées où l'on ne trouve pire aîné que montagnard.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires