Apéros confinés. @nne Cailloux

Le sud de la France un endroit pas comme les autres
comme nul autre au monde.
Marseille, le vieux port.

19h, à l’heure de l’apéritif, le temps s’arrête
le virus n’existe plus, le monde lui même, n’est plus.
Il ne reste que ses amis et ses instants sacrées
qui leurs donnent l’immunité.

Marseille, avec un des sens, les rires fusent.
L’émotion est..
On fait comme si, on ne fera pas comme ça.
Le pastis trône en chef à coté des olives
qui fondent de plaisirs au soleil.
L’apéritif est une institution à Marseille
aussi importante, que Notre-Dame de la Garde.

Sur le vieux port l’ordinateur de Marius
fait le lien, avec la sardine qui mouille en mer.
Le confinement des marins pêcheurs
se fait à quelques miles de là
à quelques vagues, à quelques plaisirs immuables.

Le capitaine de la sardine surnommé  bouillabaisse
mouille au large devant un crépuscule flamboyant
leur faisant oublier momentanément
que le monde ne sera plus jamais comme cela.
Les marins préparent les supions pour l’apéro.
Les rires fusent, comme d’habitude c’est Paris
qui va payer l’addition.
Les rires de ses marseillais résonnent
au-delà de la ligne d’horizon.

Aux Saintes Marie de la Mer,
une caravane du siècle dernier, fait face à la mer.
Au dessus, l’albatros le roi des mers
se fiche de l’air de ce temps, qui devient si étrange.
Dans ce coin, c’est Paul Ricard qu’on invite à l’apéro
accompagné de sa poutargue et de ses tellines.
Les autochtones vous diront avé l’accent chantant,
qu’ici, c’est des momies que l’ont sert avé les olives.
Manolo vous le chante devant un lou de mer
conquit à la cause.

Ajaccio, les sanguinaires se couchent devant un vin du pays
accompagné par son Figatelle.
Dominique et Pascal chantent à capela en attendant les amis
devant un ordinateur qui joue les Dieux.

Paris 15 em, au pied de la Tour Eiffel
Pierre Henry et Charles Édouard
attendent le Graal, l’apéritif.
La mer est loin, mais si prés dans le cœur
Les amis manquent, leurs bras, leurs baisers
la grandeur des sentiments est là pourtant
On fera comme ci…

19h.. les ordinateurs s’allument…
Marseille nous berce de son accent si musical
et de ses mots qui nous font sourire.
-Té bonne mer, ici Marseille capitale du monde,
vous me recevez la Terre ?
Réponse du Camarguais qui lui chante
que le meilleur pastis de Marseille est le Ricard.
L’apéritif se terminera assez tard
avec sur le ring le sud contre Paris.

Le rire est le meilleur des antidépresseurs
il vous booste, vous donne la force de ne pas sombrer.

Demain sera un autre jour, un autre apéro
devant notre Dame de la Garde
qui porte si bien son nom
Marius finira sur ces mots :

Quand l’appât vaut plus cher que le poisson
il vaut mieux arrêter de pêcher..

©Anne Cailloux

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

38 vues
Anne Cailloux

Anne Cailloux (304)

Depuis ma naissance, je fus autodidacte et trop rêveuse.
Spécialiste dans l'art thérapie et les maladies neurodégénératives, j’essaie de retenir le temps des autres et du mien.. Quelques diplômes, une passion pour l'art et les poètes. J'ose dormir avec Baudelaire.
Je suis une obsédée textuelle . Je peins, je crée et maintenant j’écris. Je remets cent fois mon ouvrage pour me corriger. De quinze fautes par lignes je suis passée à quinze lignes pour une faute... Deux livres en préparation et peut-être un recueil de poèmes, si Dieu veut.Anne

Je suis une junky des mots..

S'abonner
Me notifier pour :
guest
11 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Simone Gibert
Membre
6 avril 2020 18 h 52 min

Merci Anne pour cette charmante lecture qui me met la joie au coeur, même si je ne peux trinquer avec vous !
Mais malgré tout “A votre très bonne santé, Anne !”.

Brahim Boumedien
Membre
6 avril 2020 16 h 51 min

Merci, Anne, pour ce partage bien arrosé et cette ballade entre les deux belles et grandes villes qui font la beauté de ce pays !

Christian Satgé
Membre
6 avril 2020 8 h 33 min

Un petit régal que cet apéro par ordi’ interposé car le virus ne doit jamais faire oublier l’essentiel dans la vie… Amicalement.

Loup Zen
Membre
6 avril 2020 7 h 04 min

Remember…j’avais oublié …..merci de me l’avoir rappelé.

O Delloly
Membre
5 avril 2020 23 h 27 min

Tous mes compliments Anne. Moment d’écriture délicieux
Oliver