La chèvre bouc émissaire – Christian Satgé

Petite fable affable

« Je n’ai ni haine ni honte à le dire
Même si ce cheptel aime à médire :
Je ne suis pas la pire du troupeau
Et je tiens autant qu’une autre à ma peau ! »
Ainsi donc béguetait une chevrette
Ayant trois poils au menton, l’air pauvrette.
« Oui, je me suis astreinte à la vertu,
Non sans sueur et, surtout, non sans peine :
Je me serais battue, j’en serai moins courbatue !
Et pour ce vice, je suis, dans l’histoire
La cornue et la bête expiatoire ?
Voilà, ma foi, qui est des plus tortus !

– Tu es la seule sans petit, ma fille,
Lui dit l’Aïeule allant mal sur sur ses quilles,
Donc un mauvais exemple pour tes sœurs.
Au boucher tu iras offrir ton cœur !

– Parce que je ne suis pas de ces pucelles
Qui vont au bouc comme on va à la selle,
Une jeunette aussi mal dégrossie
Que vite engrossée, c’est moi qu’on condamne ?
D’autres ici, sont inutiles aussi,
Les égorge-t-on de façon idoine ?

– Toi qui prêches avec tant d’ostentation
La modération parle sans passion ! »
Fait l’Ancêtre boiteuse aux yeux sardoines.

« La vieille bique ne peut, à l’enfant
Survivre qu’en mentant et en bluffant ?!

– Assez de rébellion et d’insolences !
Répond l’Ancienne. Tu feins l’innocence,
Rosière mal arrosée, mais pourtant
Que nous as-tu apporté, t’agitant ?

– Plus que tes rhumatismes et chimères :
Toi, tu n’es plus bonne que pour le couteau
De l’équarrisseur et le sais, ma mère,
Mais pour mourir il t’est toujours trop tôt…

J’ai appris, malgré toute ta faconde,
Que, seules, deux raisons en ce bas-monde
Nous font agir : une bonne… et la vraie ! »

© Christian Satgé – octobre 2015

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

41 vues
Christian Satgé

Christian Satgé (834)

Obsédé textuel & rimeur solidaire, (af)fabuliste à césure… voire plus tard, je rêve de donner du sens aux sons comme des sons aux sens. « Méchant écriveur de lignes inégales », je stance, en effet et pour toute cause, à tout propos, essayant de trouver un équilibre entre "le beau", "le bon" et "le bien", en attendant la cata'strophe finale. Plus "humeuriste" qu'humoriste, pas vraiment poétiquement correct, j'ai vu le jour dans la « ville rosse » deux ans avant que Cl. Nougaro ne l'(en)chante. Après avoir roulé ma bosse plus que carrosse, je vis caché dans ce muscle frontalier de bien des lieux que l'on nomme Pyrénées où l'on ne trouve pire aîné que montagnard.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
8 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Invité
3 janvier 2019 20 h 16 min

Quand j’étais une petite fille que je suis toujours, “la petite chèvre de Monsieur Seguin me faisait pleurer, “ici je soutiens fermement cette jolie biquette pour ses répliques;toujours de belles fables et du talent Christian, meilleurs voeux.

Anne Cailloux
Membre
2 janvier 2019 21 h 42 min

Non mais !! elle a raison cette biquette, il est toujours trop tôt..
On va pas se laisser faire.
bravo Christian…
Anne

Invité
2 janvier 2019 18 h 15 min

J’aime bien aussi les chèvres frondeuses comme toutes les frondeuses d’ailleurs ! Car il n’est (vous le dites si bien) que modération qui prêche sans passion. Alors, frondons dans les frondaisons et ne nous fondons pas dans les bas-fonds du politiquement correct ! Bon sang, on commence dur en 2019 !!!

Simone Gibert
Membre
2 janvier 2019 13 h 13 min

Eh bien, moi j’aime l’histoire de cette petite chèvre qui veut vivre sa vie, contre toutes ! Merci Christian.