Voyage – Paul Grison

 

J’ai longtemps parcouru les mers ainsi que l’éther,

Descendu des abîmes profonds ou escaladé de hauts mamelons.

J’ai trop longtemps visité les jungles entremêlées aux ruisseaux ou la mort se cache,

là, tout près, tapie sous des monceaux de brindilles, de feuilles en décomposition, de gravats, que sais-je encore ?

Il est venu le temps de se reposer, tel un vagabond toujours errant trouvant refuge adéquat pour enfin,

ainsi que les saisons, laisser s’enfouir doucement l’écoulement du temps,

voyant passer chaque jour comme les gouttes d’une antique chute n’en finissant pas de tomber

changeant, ici et là, quelques songes et rêves en une coulée permanente en route vers l’éternité.

Tu le saisis alors, lecteur, le doux visage d’une vie passée,

rappelant de disgracieux souvenirs mais ô combien maintes gaietés que le temps sut figer

Qui seront pour l’Homme autant de pages jaunies, souillées ou jetées

Les années passent et demain fait son oeuvre, tout cela deviendra sans tarder que bannissement immémorial

jusqu’à l’heure du dernier rappel, place au funeste cercueil.

© Paul Grison – 02/01/2018

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

14 vues
Sauvegardes Poèmes

Sauvegardes Poèmes (538)

Ce compte regroupe tous les poèmes des auteurs qui ne sont plus inscrits sur le site en tant que Membre afin de laisser une trace de leurs textes pour le plaisir des lecteurs depuis le site Plume de Poète.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires