Volent les rêves – Fattoum Abidi

Volent les rêves,

Dépassent le pont obscur,

Cherche le bleu azur,

La beauté réside dans le vif rêve.

 

Ah ! Regardez, regardez,

Les  gros poissons ont mangé

Les aventuriers des contrées,

La source des pleurs est choquée.

 

Les aventuriers  en ont assez,

Ils en ont tant pleuré,

Mais l’espoir a retardé,

Sa promesse désirée s’est absentée.

 

L’horizon on le voit rose,

Gris, puis obscur,

L’amour de l’aventure

Ne craint pas la menotte.

 

Mais Hélas ! La mort

Guette les orphelins de la sagesse,

Leurs gouvernements promettent,

Des boulots, sur le banc de l’attente ils stressent.

 

Alors ils se donnent à la mer

Comme une nourriture des gros poissons

Affamés, le monde cherche

Une solution pour les démunis de la terre mère.

 

.

© Fattoum Abidi – 25.6.2018

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

35 vues
Fattoum Abidi

Fattoum Abidi (1)

Après des études universitaires en philosophie à Tunis et en littérature française à la Sorbonne Paris IV, Fattoum Abidi, Tunisienne d’origine, est aujourd’hui fonctionnaire à la télévision.
Depuis l’âge de 14 ans, elle aime écrire et peindre. Elle a d’ailleurs trois romans à son actif en cours d’achèvement. Et elle prépare ses expositions personnelles de peinture dans l'art contemporain. Et elle a participé dans des e books de poésie avec des poètes de tous les coins du monde suite à des concours de groupes sur facebook

S'abonner
Me notifier pour :
guest
4 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Invité
26 juin 2018 10 h 45 min

Beau poème qui nous impliquent tous, de l’étendue des rêves, de la mer à la terre pour tous.

Christian Satgé
Membre
25 juin 2018 17 h 04 min

Un superbe texte en l’honneur de ce menu fretin qui fuit en ban les malheurs de leur terre que le requins des deux bords de la Méditerranée, saignent en se les repassant, et ne songent qu’à dévorer jusqu’au dernier dans l’indifférence générale des pêcheurs et des pécheurs… et une coupable inaction.