Une envie de vivre qui soudain se dérobe – Jean-Luc Richevaux

Une envie de vivre qui soudain se dérobe,

De cette âme endormie réveillée à l’aube.

Par l’esprit tourmenté, d’une vie à souffrir

Fuir sans se retourner et peut être mourir.

Ces larmes sans fin d’une tristesse infinie,

Une voix rauque, de douleurs qu’elle crie

La rage se fait vive de cette vie en enfer,

De s’y être brûlée et d’avoir trop souffert.

 

Cette vie tourmentée d’un orage de haine,

Coule tel un poison au creux de ses veines.

Remplissant son cœur de cruels soupirs,

Qui la font pleurer au moindre souvenir

Elle se rappelle alors une enfance falsifiée,

Qu’elle voulait rêver mais qui fut bousculée.

Reviennent en elle d’autres images cruelles

Celles du destin funeste, de son âme jumelle

Les mots se hurlent, d’autres qui s’écrivent

Des lignes se forment, en un texte qui revit

S’ expriment en poème souffrances endogènes,

Pouvoir mieux guérir, être enfin plus sereine.

Une vie trop cruelle sans celui qu’elle aime

Absence en souffrance, cœur qui s’enflamme

Larmes qui coulent sur pommettes saillantes

Courage qui revient de n’être plus défaillante.

Retrouver ainsi ces sentiments de bonheur,

Enfouis dans une âme aux tristes couleurs,

Puis elle voit renaître de nouvelles envies,

Aider ceux qui souffrent, sans aucun répit.

 

Donner de l’amour, à de pauvres réfugiés

Nobles sentiments, mais surtout pas la pitié.

Offrir son cœur, pour atténuer la misère,

Et devenir pour eux, cette amie salutaire

Enfin pouvoir redonner, du sens à la vie,

Ne plus se sentir comme un être en survie. 

Enfin découvrir à nouveau plaisir et envie,

Et redevenir à nouveau, maîtresse de sa vie.

Prendre la plume pour guérir les maux,

En de belles proses faire jaillir les mots.

Qui l’apaisent puis réchauffe son coeur

Quand il devient gros de tant de douleurs

Il faut pour le faire beaucoup courage.

Et c’est bien ainsi que l’on tue la rage.

Pour peut être guérir de ce geste cruel,

Celui qui la prive d’un amour fraternel.

Ni dieu, ni maître, surtout pas se soumettre

Devise d’anarchiste qui éveille tout son être

Une totale liberté comme seule dynamique

Dans une société qu’elle juge trop cynique

C’est pour elle que s’écrivent ces verres.

Cet esprit rebelle d’un être exemplaire

Artiste dans la vie et belle âme stellaire

Elle ouvre son âme pour être solidaire.

©2018 JL Richevaux

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

33 vues
S'abonner
Me notifier pour :
guest
1 Commentaire
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Plume de Poète
Administrateur
4 mai 2018 6 h 53 min

Merci pour vos beaux partages poétiques Jean-Luc !
N’oubliez pas d’ajouter votre biographie ou présentation auteur afin que les membres, visiteurs et lecteurs puissent mieux vous apprécier.
Cette présentation sera affichée sous tous les textes que vous publiez depuis le site dans la rubrique « A propos de l’auteur ».
Je reste à votre écoute si besoin.
Bien à vous,
ALain