Tendresse – Antoine Quesson

TENDRESSE.

 

Dans ma tête tout se bouscule,

Je me sens souvent ridicule.
Je te veux toujours près de moi

Car tu es celui en qui je crois.
Mais, si je ne suis plus comme avant,

Sache que je t’aime toujours autant.

C’est vrai, je suis très maladroite,

Mes mots, mes gestes t’agressent parfois,

Je ne te laisse pas de liberté…
J’ai besoin de ta présence en vérité.

Dans la maison, je vais, je viens,

Je veux te savoir proche, à portée de main.
Mais, si je ne suis plus comme avant,

Sache que je t’aime toujours autant.

C’est vrai, je ne veux plus voir personne,

Je n’aime pas tous ces bruits qui résonnent.
Toi qui as de nombreux projets enfouis,

Pardon, je ne te laisse pas libre aujourd’hui.

Mais, si je ne suis plus comme avant,

Sache que je t’aime toujours autant.

J’ai en moi beaucoup de maladresse,

Envers toi, je montre moins de tendresse,

Je voudrais retrouver un peu de notre jeunesse

Etre libre, crier notre allégresse,

Mais c’est plus fort que moi, elle m’agresse

Je ne maîtrise rien, crois en ma tristesse.

Et si je ne suis plus comme avant,

Sache que je t’aime toujours autant.

©Antoine Quesson

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

9 vues
Antoine Quesson

Antoine Quesson (27)

Ecrire pour être lu, donne du sens.
Osons augmenter les sens, au Total, dans tous les cas rions.
Avec plaisir je découvre ce travail heureusement partagé.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires